Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
vendredi 3 décembre 2021

Makokou : de la sensibilisation à la vaccination

Des équipes de mobilisation sociale ont sillonné la semaine dernière les quartiers de Makokou. Les agents de santé ont sensibilisé l’opinion en prélude au lancement de la campagne nationale de vaccination contre les maladies cibles du programme élargi de vaccination au Gabon.

 

Le ministère de la Santé, en partenariat avec l’UNICEF et l’OMS a lancé lundi une campagne nationale de vaccination. Elle concerne exclusivement les enfants de O à 11 mois et les femmes enceintes, même si le calendrier de vaccination n’est pas à jour.

Des équipes de mobilisation sociale ont sillonné depuis jeudi dernier les quartiers populaires de la capitale ogivine. Leur objectif était de véhiculer l’information aux ménages, expliquer le processus et rassurer les familles sur les motivations de la campagne. Cette dernière se déroulera en trois phases. Le premier passage du 25 au 29 octobre ; le deuxième passage du 16 au 20 novembre et le troisième du 14 au 18 décembre.

D’après le responsable de la mobilisation sociale dans le département sanitaire de l’Ivindo, << seuls les enfants de O à 11 mois et les femmes enceintes non à jour de leurs vaccinations sont concernés. L’activité s’inscrit dans le cadre d’une stratégie d’amélioration du taux de couverture vaccinale dans notre pays et seulement les antigènes qui protègent contre les maladies suivantes sont concernés : la tuberculose, la poliomyélite, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B, la rougeole la fièvre jaune, la méningite. Une dizaine de maladies évitables par la vaccination>> , fait observer Benjamin Evine-Binet.

La raison de la campagne de vaccination

Les motivations de cette campagne nationale de vaccination reposent sur un constat qui perdure depuis plusieurs dizaines d’années au Gabon.

Les bases d’épidémiologie et de lutte contre les endémies, dont les missions portaient, entre autres sur la surveillance épidémiologique dans les régions sanitaires, l’organisation périodique des activités de vaccination dans les villes et villages et la collecte des données en rapport avec les malades cibles du Programme élargi de vaccination (PEV), connaît des difficultés de fonctionnement ( matériel et financier) depuis plusieurs dizaines d’années au Gabon. Cette situation a conduit à un relâchement de la stratégie de vaccination qui portait sur l’ACD ( atteindre chaque district). Résultats des courses, de moins en moins d’enfants et de femmes enceintes avaient accès à la vaccination de routine.

Le dialogue avec les populations pour lutter contre les idées reçues.


Cette situation a conduit à une diminution du taux de couverture vaccinale au Gabon. Il est passé de 80 % dans les années 2000 à moins de 60 % dans certaines régions aujourd’hui. Cela présente des risques de résurgence des maladies infantiles et de décès chez la mère et l’enfant. Pour renverser la tendance, le gouvernement et les partenaires au développement organisent la campagne en trois phases.


Les risques de confusion avec la lutte contre le coronavirus

Alors que la vaccination contre la covid-19 fait débat, les mobilisateurs sociaux impliqués dans la prochaine campagne de vaccination nationale contre les maladies cibles du PEV rencontrent des difficultés sur le terrain.

C’est le cas dans les quartiers Mbolo où faute d’une campagne de sensibilisation soutenue, plusieurs familles se sont montrés réfractaires à la campagne. Elles subodorent une stratégie de manipulation des populations par les pouvoirs publics.

Outre la sensibilisation, une bonne campagne de communication de la part des organisateurs est nécessaire pour ôter tout doute dans les esprits.