Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
vendredi 3 décembre 2021

Oyem enregistre un premier cas positif au covid-19

Oyem a enregistré un premier cas positif au covid-19. L’annonce a été faite par le porte-parole du Copil.

Le bilan épidémiologique présenté mardi par le porte-parole du comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre la pandémie de coronavirus, Guy-Patrick Obiang porte le nombre de cas positifs au covid-19 à 2 238 cas testés positifs (19,7%) dont 593 guéris et 14 décès, 123 hospitalisés dont 11 en réanimation.

Si les chiffres démontrent que le virus ne cesse de gagner du terrain, il ne fait également aucun doute que chaque jour une nouvelle localité est touchée. Ce 26 mai, c’est la commune d’Oyem, chef-lieu du Woleu-Ntem qui a enregistré un premier cas positif au covid-19. Selon le Copil, il s’agit d’un patient qui a présenté une fièvre et qui était suivi à l’hôpital canadien. Les prélèvements effectués sur le patient se sont révélés positifs.

« Cette personne à l’interrogatoire n’a pas effectivement effectué de voyage récent au niveau de Libreville. C’était donc un cas communautaire. Les équipes d’intervention sont en train de chercher quelle est la source de sa contamination », a indiqué le porte-parole.

Plateaux techniques

Par ailleurs, si le point contact de ce premier cas covid-19 d’Oyem reste à déterminer, le porte-parole en a profité pour rappeler aux personnes qui bénéficient de laissez-passer pour se rendre dans l’arrière-pays de faire preuve de responsabilité.

« Ceux qui reviennent de Libreville doivent montrer l’exemple en terme de respect des gestes barrières, notamment le port du masque, la distanciation physique, le lavage régulier des mains avec du savon et du gel hydro-alcoolique », a rappelé Guy-Patrick Obiang avant de préciser que « l’importation du virus dans l’intérieur du pays n’est pas quelque chose de mystique, mais c’est nous. C’est l’homme, ce sont les déplacements, les mouvements des populations à l’intérieur du pays qui aujourd’hui transportent le virus dans ces différentes villes qui jusque-là étaient épargnées par cette maladie.»

Aussi, lors de déplacements entre certaines localités, il revient à chacun d’adopter les mesures barrières pour ne pas exposer les personnes vulnérables dans ces localités, qui manquent pour la plupart de plateaux techniques dans la prise en charge de patients.