Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Association de journalistes : Jean-Claude Afaa, candidat 

Jean-Claude Afaa, journaliste et directeur de publication du média en ligne L’Objectif.com est  candidat à la présidence du Réseau national des journalistes indépendants. L’élection aura lieu le 1er  août. Il explique les raisons de sa candidature.

 

Qu’est-ce que le Réseau des journalistes indépendants ?

Le RENAJI, Réseau national des journalistes indépendants se veut une plate-forme qui réunit les journalistes dans le sens primaire du terme. Il s’agit donc d’un réseau qui a pour ambition de fédérer l’ensemble des communicateurs, avec pour objectif de défendre leurs intérêts, cultiver la solidarité et l’entre-aide et encourager la formation et le perfectionnement des communicateurs.

Quel sera la particularité de ce réseau,  lorsqu’on sait qu’il y a des associations de journalistes qui existent déjà ?

Effectivement, d’autres associations existent, mais ne défendent pas suffisamment les intérêts des journalistes. Il existe une organisation patronale qui ne prend pas trop en compte les problèmes que rencontrent les journalistes.

 

Est-ce que l’action du réseau va s’imposer aux médias qui n’y seront pas affiliés ?

Le Réseau se veut fédérateur. Il ne s’agit pas des médias, mais des agents qui y travaillent. Maintenant l’adhésion est volontaire et personnelle. Quoi qu’il en soit, nous invitons l’ensemble des communicateurs, publics comme privés à y adhérer pour une meilleure prise en compte de nos préoccupations. Le Réseau sera toujours au chevet des journalistes et aucune barrière n’est érigée pour empêcher l’entrée de quiconque.

 

En tant que candidat à la présidence du Renaji,  que proposez-vous ?

Mon projet s’inscrit dans la logique de la défense des droits des journalistes. J’allais dire des communicateurs. Les intérêts des patrons de médias ne sont pas les mêmes que ceux des journalistes. Mon slogan de campagne est centré sur le RESPECT. Le journaliste doit se respecter et se faire respecter. Le respect ne s’impose pas. On le mérite. Si le communicateur ne se respecte pas, personne ne le fera à sa place. Et pour y arriver, il faut une prise de conscience collective de la corporation. Ce n’est pas que  l’affaire du président ou du bureau exécutif.

Nous allons donc mettre un accent particulier sur la formation et je voudrais dire l’auto-formation. Un journaliste bien formé ne s’adonne pas à certaines pratiques et garde une certaine stature qui lui permettra de valoriser son potentiel. Le RESPECT devrait nous amener à nous faire entendre à travers une convention collective qui devrait permettre à terme de valoriser le statut du journaliste.

Avec cette convention collective, les journalistes ne seront plus payés en monnaie de singe. Ils devraient avoir droit à un contrat de travail, une assurance, et d’autres garanties pour qu’ils puissent s’assurer de leur existence et de celle de leurs progénitures.

Bref, RESPECT est le maître mot, avec R comme Responsabilité, E comme Engagement, S comme Sécurité, P comme Persévérant, E comme Entre-aide, C comme Convivialité et T comme Travail. Ces thèmes seront développés durant la campagne.

Propos recueillis par E. A