Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
vendredi 7 août 2020

Association de journalistes : Thierry Mebale Ekouaghe, candidat

Thierry Mebale Ekoughe, journaliste et Directeur de publication du média en ligne 7jours infos.com  est  candidat à la présidence du Réseau national des journalistes indépendants. L’élection aura lieu le 1er  août. Il explique les raisons de sa candidature.

Qu’est- que le ce réseau des journalistes indépendants ?

 Le réseau national des journalistes indépendants a été mis en place en décembre 2019. Brice Ndong avait été choisi pour assurer de manière provisoire la présidence du RANAJI et l’emmener à bon port, notamment jusqu’ à la légalisation de l’association. Il y a eu un problème. Nous sommes donc passés de Brice Ndong à un bureau provisoire qui a eu une période de 6 mois. Les 6 mois se sont écroulés. Certains voulaient aller jusqu’en décembre mais DIEU merci ils sont tombés d’accord pour mettre à plat ce bureau et le bureau a démissionné. Là, il est question pour nous de repartir aux élections.

Quel sera la particularité de ce réseau,  lorsqu’on sait qu’il y a des associations de journalistes qui existent déjà ?

 La particularité est celle-là : pour être candidat, il faut verser une caution de 200.000Fcfa, et je n’ai jamais vu ça dans une organisation. Donc cela veut dire que nous ne sommes pas là pour blaguer. À partir de cela, il y aura un bureau qui sera mis en place et qui aura pour missions, la défense des intérêts du journaliste.

Il y a aussi l’aspect formation, l’aspect perfectionnement qui pose un problème. Vous voyez certains de nos grands qui sont là depuis des années qui arrivent à écrire des titres comme par exemple ‘’la République des pédés’’. De vous à moi, est-ce qu’à partir de là nous sommes sérieux ? Je pense que c’est tout cela qu’on doit regarder ensemble pour dire  « ton titre tu as eu à le faire c’est bien mais il fallait le revoir. » C’est important. Donc il faut l’autorégulation.

Est-ce que l’action du réseau va s’imposer aux médias qui n’y seront pas affiliés ?

La priorité sera mise sur les médias qui seront affiliés au Réseau  national des journalistes indépendants. L’adhésion est ouverte. Il suffit d’y adhérer afin de bénéficier des avantages du réseau. Après on peut voir comment régler ce problème-là. Et si je suis élu président, c’est en assemblée générale que nous allons répondre à cette préoccupation, ou encore au niveau du bureau exécutif. 

En tant que candidat à la présidence du Renaji,  que proposez-vous ?

Je propose l’unité et le partage, la mise en place d’une agence de répartition des publicités, l’allègement des documents administratifs et tout ce qui peut permettre aux médias de bien fonctionner. Il faut aussi dire qu’il y a beaucoup de confrères qui ont des médias dans leur sac, il va s’agir pour moi d’emmener ces derniers à avoir un local, ce n’est pas sorcier et voir comment assurer ces charges. Si vous avez par exemple, 500 000 FCFA par mois, vous pouvez prendre un local de 80 000 FCFA et pouvoir assumer  les charges.

L’autre volet qui est très important, c’est la formation des journalistes, les stages et les perfectionnements. Il sera donc question de collaborer avec des partenaires pour voir comment bénéficier de stage sur le plan national et international.

Pour la fin, je demande à tout le monde de me faire confiance. Les gens me connaissent, je ne traîne pas de casseroles, je n’ai pas fait de commissariat.  Je conseille les confrères et consœurs et j’encourage les jeunes à avoir les médias pour pouvoir s’imposer sur le paysage médiatique gabonais.

Propos recueillis par E. A