Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Le devoir de transparence de Prisca Nlend Koho 

Au terme de deux semaines de confinement total, la banque alimentaire n’a pu servir tous les 60 000 Gabonais économiquement faibles. Lors du point de presse du gouvernement, la ministre en charge des Solidarités nationales a fait un bilan d’étape. Les distributions se poursuivent.

 « Il est clair que tant que nous n’avons pas encore touché les 60 000 cibles concernées au préalable, nous n’allons pas arrêter l’opération », dixit la ministre en charge des Solidarités nationales, Prisca Nlend Koho, au cours de la deuxième conférence de presse du gouvernement sur le plan de riposte et de soutien économique et social contre le covid-19. D’emblée, elle s’est dit déterminé à aller au bout de son action.

Au terme de deux semaines de confinement total du grand Libreville, la distribution de l’aide alimentaire dans les communes de Libreville, Owendo, Akanda et Ntoum est loin d’avoir atteint le but escompté. Sur les 60 000 ménages à satisfaire, seule la moitié a pu être touchée par les équipes de distribution déployées sur le terrain depuis deux semaines

Face à la presse nationale et internationale, et en présence du premier ministre et de membres du gouvernement, Prisca Nlend Koho a énuméré les différentes raisons de ce retard : lenteur dans la mise à disposition de bons,  insuffisance de volontaires, non-respect des consignes par les populations, entre autres.

Carte

« C’est une opération qui a l’air lourde, mais en réalité sur le terrain, elle est encore plus lourde qu’on  le croit », a-t-elle indiqué. « Nous comprenons aisément l’impatience et même le scepticisme des populations. Cependant tant que les équipes mises sur le terrain de façon progressive, en fonction de la disponibilité des bons d’achats et des kits ne peuvent pas avancer parce que les populations sortent de leurs maisons, il est difficile pour nous de pouvoir réaliser cette opération dans des conditions optimales », précise la ministre.

L’autre challenge du ministère des Affaires sociales est de répertorier toutes les personnes servies et d’actualiser le fichier de la CNAMGS. Pour cela, sur le terrain les équipes sont munies de fiches. Elles consignent toutes les informations. Sur ce point, Prisca Nlend Koho veut  jouer la carte de la transparence.

« Nous avons la possibilité de contrôler les personnes qui ont été bénéficiaires de kits alimentaires et de bons d’achat mis à la disposition des populations. Nous avons mis en place un point de presse  quotidien qui nous permet d’informer les populations de façon régulière de l’évolution de l’activité de la banque alimentaire et cette évolution  nous permet d’avoir une idée exacte. (…). Le chef de l’Etat en a besoin, le premier ministre lui-même dans ses communications en a besoin et moi-même, j’ai le devoir de communiquer comme il se doit sur ces chiffres-là. »

Porte

Pour Prisca Nlend Koho, une opération d’une telle ampleur est inédite au Gabon. Malgré tout, la machine se met en route. Au fil des jours, le ministère égrènent ses chiffres. Ils sont en hausse. Il y a plus de Gabonais économiquement faibles qui ont reçu bons et kits alimentaires qu’il y a deux semaines.

Un encouragement pour des équipes confrontées à l’impatience, voire à la colère des uns et des autres. Il est clair que ventre affamé n’a pas d’oreilles. Difficile pour une partie de la population d’entendre les explications techniques de la ministre tant qu’elle n’a encore rien vu devant sa porte.