Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Le syndicaliste Jean Bosco Boungoumou accusé de terrorisme

Le secrétaire général adjoint  de la confédération syndicale Dynamique unitaire, Jean Bosco Boungoumou a été placé sous mandat de dépôt lundi, après avoir été entendu par le juge d’instruction. Il lui est reproché des actes de terrorisme et d’association de malfaiteurs.

Moins d’une semaine après avoir été interpellé par les agents de la Direction générale des recherches (DGR), le secrétaire général adjoint de la confédération syndicale Dynamique unitaire, Jean Bosco Boungoumou, a été entendu lundi par le juge d’instruction, au palais de justice de Libreville.  

Une audition, qui s’est soldée par le placement sous mandat de dépôt du syndicaliste à la prison centrale de Libreville, pour terrorisme et association de malfaiteurs.

Une décision qui  a aussitôt été remise en cause par la Dynamique unitaire. « Nous sortons directement du palais de justice où notre secrétaire général adjoint, Jean Bosco Boungoumou a été entendu pendant plus de deux heures et cette audition l’a conduit à la maison d’arrêt de Libreville. Il aurait fait une vidéo qui dénonce la France-Afrique, qui dénonce le chaos dans lequel notre pays est plongé, qui dénonce le sous-développement entretenu par la France », a déclaré le  vice-président de Dynamique unitaire, Roger Ondo Abessolo.

Avocat

Pour ce qui est des griefs qui sont reprochés à Jean Bosco Boungoumou, le bureau de la confédération syndicale s’étonne également. Il mettra tout en œuvre pour défendre leur camarade.  « On parle de terrorisme, ça fait rigoler. On accuse notre camarade de terrorisme, on l’accuse d’être dans une association de malfaiteurs. Avec qui ? On n’en sait pas trop. Nous avons pris un avocat, séance tenante », ont-ils averti.

La Dynamique unitaire fait partie des nombreuses centrales syndicales qui donnent de la voix pour interpeller les autorités sur les maux qui minent l’administration publique. Plusieurs de ses membres dont le président, Jean Rémy Yama, ont déjà séjourné à la prison centrale.