Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

L’hommage des étudiants à Djinky Emane Mvono

Pour rendre hommage à un camarade, le jeudi 18 février,  des étudiants de l’Université Omar Bongo Ondimba ont barré la voie principale devant leur établissement durant plusieurs minutes, lundi. Djinky Emane Mvono, étudiant au département de géographie de l’UOB fait partie des deux personnes mort par balles lors mouvement de contestation des mesures gouvernementales de riposte contre la covie-19, baptisé  #Casserole241. 

 

 

Le jeudi 18 février, deuxième jour du mouvement de contestation des mesures gouvernementales de riposte contre la covid-19, dit concert de casseroles, deux personnes ont succombé à des blessures par balles. Un étudiant, Djinky Emane Mvono et un père de famille, Gildas Iloko qui prenaient part à ce mouvement qui se voulait pacifique.

Pour leur rendre hommage, des mouvements spontanés sont nés. C’est le cas de la mobilisation  lundi de plusieurs étudiants de l’Université Omar Bongo. En hommage à leur collègue, Djinky Emane Mvono, ils ont formé, sous la pluie, une barrière humaine sur la voie principale devant leur établissement, interrompant la circulation. Un geste salué par plus d’un. « Ils ont très bien fait. Et si j’étais encore étudiant, j’aurais fait pareil », affirme Brice, un père de famille.

En dépit de l’arrêt forcé, les automobilistes soutenaient la manifestation pacifique des étudiants. « Comme vous voyez, nous sommes obligés de garer en attendant qu’ils libèrent la voie. C’est vrai que c’est un peu embêtant, mais nous sommes tous concernés par ce qui se passe et c’est aussi notre manière à nous de rendre hommage à ce jeune plein d’avenir mort pour une cause juste », explique  un automobiliste.

Cocktails molotov

En marge de la mobilisation des étudiants, plusieurs personnes se sont vêtues de noir ce même lundi. Une réponse spontanée à un appel lancé sur les réseaux sociaux en hommage aux deux victimes. « Lundi noir » 22 février 2021, en mémoire de nos frères tués pour la contestation contre des mesures qui ne nous siéent pas. Surtout pour toi Djinky Emane Mvono, qui est tombé sous nos regards impuissants au PK11 », a écrit un internaute. « Quelle forte image ! Aujourd’hui le ciel a pleuré avec nous les disparus. Les Gabonais se sont habillés en noir, le ciel est sombre. Ne baissons pas les bras, on va combattre jusqu’au bout avec nos casseroles », a renchérie un autre internaute. 

Chaine humaine.

Expression du ras le bol des populations face aux conséquences des mesures gouvernementales de lutte contre le covid-19, le mouvement de contestation, consiste à frapper pendant 5 mn, sur une casserole, dès 20 h. S’il se veut pacifique, le général de brigade Serge Hervé Ngoma a affirmé que des manifestants surexcités ont violé le couvre-feu, érigé des barricades  sur la voie publique et accueilli les forces de l’ordre par des jets de pierres, de cocktails molotov ou encore de barres de fer.  Il a annoncé l’ouverture d’une enquête administrative.