Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
dimanche 26 septembre 2021

Oyem : 5 ans de prison pour un sous-préfet

Le sous-préfet d’Akam-Essatouk, Mvono-Ebang et plusieurs de ses complices ont été condamnés, jeudi, à cinq ans de prison par le tribunal de première instance d’Oyem. Ils ont été reconnus coupables de faux et usage de faux.

L’affaire fait grand bruit à Oyem, chef-lieu du Woleu-Ntem. Après avoir été interpelé dans une affaire de falsification d’actes de naissance, au profit de ressortissants camerounais,   le sous-préfet d’Akam-Essatouk  a été condamné, jeudi.  Il écope de cinq ans de prison, dont trois ans ferme et deux cent mille francs d’amende, pour faux et usage de faux, et faux et complicité en écriture.

La même peine a été requise pour huit autres personnes, dont le 3e  adjoint au maire d’Oyem, Aboubakar Adamou, 6 secrétaires cantonaux du département du Woleu, Lambert Ntoma-Abessolo, Raoul Nzue-Obame, Wolfgang Sévérin Sima-Eyi, Geovann Eyeghe-Omabe, André Morel Ntoutoume-Eyi, Be-Ndong ; et la secrétaire particulière du sous-préfet, Joséphine Mebale-Ndong.

Un autre complice,  de nationalité camerounaise, Gaspard Ella-Ngong, a également été reconnu coupable de faux  et usage de faux, et de défaut de carte de séjour. En plus de la peine de prison, il a écopé d’une interdiction de séjour au Gabon de 20 ans, assortie d’une reconduction à la frontière à la fin de sa peine.

Appel

Si pour le parquet d’Oyem, les mis en cause méritaient la peine maximale pour « violation flagrante de la souveraineté de l’Etat », l’avocat des accusés, lui, a jugé la peine sévère. Il estime que le jugement aurait dû tenir compte de leur statut particulier.

« Je ne suis pas satisfait de la décision  rendue ce matin, par le tribunal (…). Depuis 2019, nous avons au sein de notre Code pénal, ce qu’on appelle ‘’les peines alternatives’’ », a-t-il déclaré.

Il entend interjeter appel dans les dix jours prévus par la loi, afin que la peine de ses clients soit revue à la baisse.