Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Port-Gentil / Education : l’orientation scolaire en débat

Le ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur a passé 48 h à Port-Gentil. Il a décliné à la communauté éducative la vision du président de la République en ce qui concerne l’amélioration du système éducatif.

Le ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur a séjourné à Port-Gentil du mercredi au jeudi derniers. Une rencontre avec la communauté éducative du bassin pédagogique de la province de l’Ogooué-Maritime a constitué la première étape de son périple. Face aux responsables académiques et aux chefs d’établissements, Patrick Mouguiama Daouda a présenté quelques lignes directrices de la vision du président Ali Bongo Ondimba dans le secteur de l’éducation. L’une d’entre elles, « l’orientation scolaire », très souvent négligée par de nombreux parents et à l’origine de l’échec scolaire dans la majorité des cas, a retenu l’attention à la direction d’académie provinciale.

« C’est mentir aux enfants de les envoyer par défaut dans les universités où il y a des formations générales dont les filières ont un faible taux d’employabilité. C’est mentir aux enfants de leur dire que vous êtes libres d’aller à l’université sachant qu’ils y vont surtout parce qu’il y a la bourse. C’est un piège pour les enfants parce qu’ils passent 4 à 5 années à l’université, peut-être même plus avec la bourse, mais ils sortent de là sans diplôme ». Pour les élèves qui parviennent à sortir la tête de l’eau, le ministre affirme qu’ils auront cependant peu de chance de trouver du travail.

Cette année académique encore, fait-il constater, « nous avons 25000  candidats au bac général, pour 5 000 seulement au baccalauréat technique et aux examens professionnels. On ne peut pas développer un pays avec vingt-cinq mille étudiants dans l’enseignement général par défaut. Cette situation ne peut plus durer. »

Si « le gouvernement a sa part de responsabilité » dans cette problématique, il est désormais question, assure le ministre, « de donner à nos enfants le maximum de chance de pouvoir trouver du travail quand ils sortent de leurs parcours d’élèves ». Afin de leur permettre d’être à la hauteur des objectifs de développement du pays.

Difficultés

L’orientation est donc un élément essentiel dans la constitution du parcours scolaire d’un élève. Pour cela, les directions d’académie « doivent jouer leur rôle de relais de la vision du chef de l’Etat qui inscrit l’éducation comme l’une des priorités de sa politique avec une ambition et une exigence de qualité ».

La responsabilité des parents d’élèves est par ailleurs de mise dans ce challenge vers l’amélioration du système éducatif gabonais.

Une visite guidée des établissements secondaires publics de Port-Gentil a permis à Patrick Mouguiama Daouda, d’une part, de s’enquérir des préparatifs du baccalauréat dans le contexte de crise sanitaire, et, d’autre part, de toucher du doigt les difficultés du secteur. Plus tôt, le ministre a été reçu au gouvernorat de province.