Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Port-Gentil : la galère des pasteurs à cause du covid-19

La fermeture des lieux de culte a éloigné les pasteurs de leurs brebis. Les crises sanitaire et économiques obligent, les hommes de Dieu ne profitent plus de la générosité des fidèles. Plus de quête, plus de dîme, plus de don.   

 

Frappés de plein fouet par la mesure de fermeture des lieux de culte consécutive à la riposte contre le covid-19, les hommes de Dieu éprouvent des difficultés à maintenir le cap en cette période de crise multiforme. L’église est, pour beaucoup, le seul moyen de survie, selon que les écritures saintes indiquent que « celui qui prêche l’évangile, vit de l’évangile ».

Seulement aujourd’hui, ne pouvant plus se réunir avec leurs fidèles et continuer de jouir des avantages de leur sacerdoce, de nombreux ambassadeurs de Christ voient leurs conditions sociales et financières se dégrader. Ne pouvant plus payer leur loyer, certains vivent avec la peur de devenir du jour au lendemain des sans-abris si la période de confinement perdure. La situation est encore plus difficile pour ceux qui profitant de la manne financière de leurs églises vivent dans l’abondance.

Malgré les moyens de payement électronique (Airtel money, Mobicash…) proposés par certains ministres de culte à leurs fidèles dans le but de continuer de collecter les revenus et les dîmes, rien n’y fait. Certains adeptes n’adhèreraient pas à la technologie, jugée inconvenable. 

Clotilde, fidèle dans une assemblée à Port-Gentil, soutien à cet effet qu’« il n’est pas du tout normal de payer ma dîme par Airtel money. Cela ne se fait pas » ! Elle estime par ailleurs qu’« à défaut de la payer à mon pasteur je peux la convertir en offrande pour un voisin, un frère nécessiteux. Parce que nous devons être solidaires des plus faibles en ce moment ».

Une thèse nuancée par la prophétesse Julie Francisca : « à César ce qui est à César, à Dieu ce qui est à Dieu » ! Pour cette dernière, « la dîme et l’offrande font partie de l’adoration à l’Eternel. Peu importe l’endroit où un chrétien se trouve, même via les moyens électroniques, celui-ci doit s’acquitter de son dû. Ça n’a rien avoir avec l’offrande volontaire qu’il pourrait vouloir faire à un nécessiteux ».

Tous contre le covid-19

Yannick Mouity, pasteur d’un ministère de Dieu, situé quelque part dans le premier arrondissement de Port-gentil, regrette le fait que les églises ne soient pas prises en compte dans le cadre de l’aide apportée aux bailleurs pour lutter contre le coronavirus. Dans certains quartiers, des assemblées ont été expulsées par pour défaut de paiements de loyers.

Si les hommes de Dieu se sentent quelque peu abandonnés par leurs brebis, cette situation vient remettre au goût du jour, la question de la dépendance des religieux aux seules activités de leur chapelle. 

Pour l’heure, prions tous ensemble contre le coronavirus !