Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Port-Gentil : l’hôpital de Ntchéngué mis en service minimum

A l’issue de l’Assemblée générale tenue le mardi 8 juin, l’antenne provinciale du Syndicat des Médecins Fonctionnaires du Gabon dans la province de l’Ogooué-Maritime a décidé de lancer son mouvement de grève. Le préavis prorogé de 10 jours étant arrivé à échéance le lundi 7 juin au soir. La non satisfaction du dernier point inscrit dans leur cahier de charge est à l’origine de cette montée d’adrenaline.

N’ayant pas reçu de suite favorable sur le dernier point de revendication de leur cahier de charge lié au paiement de 11 mois d’arriérés CNAMGS, la représentation Ogooué-Maritime du Syndicat des Médecins Fonctionnaires du Gabon a tout simplement décidé de monter au créneau le mardi 8 juin dernier pour exprimer son ras-le-bol. C’est l’essentiel à retenir au terme de l’assemblée générale tenue par le SYMEFOGA dans l’enceinte de l’hôpital le même mardi,  en présence du personnel hospitalier.

En effet, le syndicat, après l’échéance du premier préavis de grève avait résolu de donner dix jours de plus à la direction générale. L’objectif était de lui donner plus de temps pour pouvoir résoudre ce point important. Mais visiblement rien n’a été fait.

Prenant la parole, Docteur Jonas Mboumba, président provincial du SYMEFOGA a indiqué qu’ « après 20 jours de préavis de grève nous n’avons toujours rien. La caisse de l’hôpital n’a toujours pas perçu l’argent qu’elle attend de la CNAMGS ».

Or, à ce qu’il semble, 45% de l’argent issu des prestations CNAMGS est affecté au fonctionnement de l’hôpital. Ce qui garantirait une meilleure qualité de soin aux patients comme « revendiqué » par la plateforme syndicale. « C’est pas moins de deux cent millions de francs CFA de l’hôpital de Ntchéngué qui sont dilapidées comme ça dans la nature » a dit remonté Dr Jonas Mboumba, « si cet argent était là, on nous aurait au moins acheté des consommables pour commencer. L’hôpital a d’énormes difficultés de fonctionnement. Nous manquons de tout ».

A côté de cela, il y a également le problème d’eau qui se pose avec acuité à l’hôpital de référence de la province. Portant ainsi atteinte tant à la qualité du service offert aux marigovéens qu’aux performances de cette structure sanitaire.

Un véritable contraste quand on sait qu’une délégation de la direction nationale de la santé maternelle et infantile séjourne depuis ce mercredi 9 juin dans la région sanitaire Ogooué-Maritime, pour une période de 7 jours, dans le cadre d’une mission d’« analyse des décès maternels survenus au C.H.R de 2019 à 2021, et d’évaluation de la qualité de soins » au Centre Hospitalier Régional de Ntchéngué.

Qu’à cela ne tienne, le mouvement de grève qui a pris effet le mardi 8 juin avec pour conséquence immédiate, « la suspension de toutes prestations CNAMGS jusqu’au paiement intégral du montant du, sera déployé de façon progressive », a-t-on appris.

 

La première semaine, semble t’il, l’hôpital fonctionnera un jour sur deux.

Pendant les jours de grève, l’hôpital sera fermé à toute prestation externe. Les autres jours et les week-ends, le travail se fera normalement. La deuxième semaine, « nous travaillerons deux jours sur deux, ainsi de suite jusqu’à la fermeture de l’hôpital. « Ce que nous ne souhaitons pas à moins qu’on ne nous conduise là. Nous sommes un syndicat responsable, ce que nous faisons c’est pour le bien de tous » a dit Dr Jonas Mboumba.