Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
vendredi 7 août 2020

Sylvain Moundounga : « Nous devons durcir le mouvement »

95 % des enseignants du lycée technique Jean Fidèle Otandault ont suivi le mot d’ordre de grève des syndicats de l’Education nationale. Ils demandent au gouvernement d’honorer ses engagements. Les grévistes sont déterminés à boycotter la reprise des cours. Entretien avec Sylvain Moundounga, président provincial du syndicat de l’Education nationale dans l’Ogooué-Maritime.

La reprise des cours a eu lieu  lundi dernier. Votre syndicat, le SENA, à l’instar de biens d’autres membres de la CONASYSED a appelé au boycott. Comment s’est déroulée la rentrée des classes à Port-Gentil ?

En ce qui concerne le Syndicat de l’Éducation Nationale, la rentrée n’a pas eu lieu. Tout simplement parce que le syndicat a donné un mot d’ordre. Les préalables fixés n’ont pas été respectés. En ce qui concerne le suivi, il faut partir du principe qu’une partie des vacations avait déjà été payée en ce qui concerne l’enseignement général. Mais ici au lycée Technique Jean Fidèle Otandault, le mouvement est suivi à 95%. Toutefois quelques collègues expatriés ont fait cours. Il y a également quelques administrations qui assurent un service d’astreinte.

 

Comment le mouvement est-il observé ?

La majorité des enseignants ne sont pas en classe. Certains sont en salle des professeurs pour la signature des bulletins. D’autres sont dans la salle des conseils de classe.

 

Est-ce que vos collègues des autres établissements de Port-Gentil respectent le mot d’ordre ?

En ce qui concerne le suivi dans l’ensemble de la ville, nous avons trois collègues au lycée Thuriaf Bantsantsa(LTB) qui observent le mouvement et ce, malgré le fait qu’ils aient perçu leurs vacations. Au lycée Joseph Ambouroue Avaro(LJAA), malheureusement la quasi-totalité des collègues sont allés en classe. Voilà ce que je peux dire pour ce qui est du suivi du mouvement dans l’ensemble de la ville.

 

Avez-vous un message particulier ?

Je voudrai dire à l’ensemble des collègues qui sont encore hésitants et qui ne respectent pas les mots d’ordre souvent donnés par les syndicats, que pour une fois, tous les syndicats de l’Education sont tombés d’accord sur les dispositions à prendre pour cette reprise. Tous les syndicats ont appelé à la non reprise des cours.

Des grévistes dans la salle des professeurs

Comment pouvez-vous expliquer que, le gouvernement a promis de mettre à la disposition des enseignants, des établissements et des élèves, le dispositif nécessaire pour protéger les enfants de cette pandémie qui a conduit à la fermeture des établissements, et c’est seulement lundi que la Direction d’Académie provinciale a fait le tour des établissements pour remettre quelques masques et quelques bouteilles de gel ?

Nous devons durcir le mouvement pour emmener ces gens là à comprendre les réalités. Les réalités c’est quoi, c’est que nous sommes devant une situation où le ministre a donné une parole qu’il n’a pas tenu. Et c’est ce même ministre qui nous demande de reprendre les cours pour que les paiements se fassent à partir de la semaine prochaine.  Quelle est la parole qui est crédible là dedans  ?

Propos recueillis par Célia Ondo à Port-Gentil

 

Retrouver l’intégralité l’intégralité de l’entretien