Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Transport maritime : augmentation du prix du billet

Les trois compagnies maritimes privées assurant le transport des passagers entre Port-Gentil et Libreville augmentent le prix des billets. Elles sont frappées par une chute considérable de l’activité du fait de la crise sanitaire et étranglées par des charges fixes. Les opérateurs économiques déplorent un manque d’aide de la part des autorités pour compenser la hausse du prix du transport.

C’est ce samedi 1er mai que la mesure d’augmentation du prix des billets des bateaux décidée par les trois compagnies maritimes privées assurant le transport des passagers sur la ligne Port-Gentil-Libreville-Port-Gentil prend effet.

Désormais, qu’il s’agisse de Navire à Grande Vitesse(NGV), Douya Voyage Maritime, ou encore de Logimar, les billets en classe économique passent à 35.000 F CFA pour les adultes et à 30.000 F CFA pour les enfants.

La nouvelle ne réjouit pas les Portgentillais, notamment en cette période de crise multiforme. « Donc on ne va plus voyager ? », lance Huguette. « Dans tout ça, les autorités ne disent rien. Ce n’est pas leur problème tant que leur pouvoir d’achat n’est pas concerné », renchérit Fred, un autre Marigovéen.

Un agent d’une des compagnies joint au téléphone a cependant affirmé que la principale raison de cette augmentation est le prix du litre du carburant. « 610f c’est le prix du litre de gasoil pour les industriels »,indique-t-il.

Le gouvernement aurait revu le même prix à la baisse depuis quelques mois pour la Compagnie Nationale de Navigation Intérieure et Internationale qui achèterait désormais à « 450f » le litre de gasoil.  

Ces opérateurs économiques crient à la discrimination. La faveur accordée à la compagnie étatique ne s’explique pas. « Nous ne recevons tout de même aucun accompagnement de l’Etat pour nous alléger. Ne serait-ce qu’en cette période de crise sanitaire. Pourtant nous sommes les plus gros consommateurs. Nous avons besoin en moyenne de 7000 litres de carburant pour faire le mouvement d’un bateau. Multiplié par 610 F CFA, nous sommes à plus 4 millions de consommation de carburant par rotation. Comment, on s’en sort ? », se demande notre source. Elle précise « nous aidons quand-même l’Etat dans ses missions régaliennes en ce qui concerne le transport des passagers ».

Un autre interlocuteur parle des conséquences des mesures gouvernementales. « Nos rotations sont passées de 22 à 6 par mois, ce qui représente un véritable manque à gagner. 60 % de nos passagers sont des Portgentillais, mais à cause des difficultés liées à l’acquisition d’un test Covid, ils ne sont plus nombreux à voyager de peur  de rester coincés à Libreville ou  de perdre leur emploi pour ceux qui voyageaient régulièrement les week-ends. Donc, en plus des rotations qui ont drastiquement diminué, les clients se font rares. Ou trouve-t-on l’argent pour acheter le carburant, faire la maintenance de nos outils de travail et payer les taxes de l’OPRAG dont les coûts ne tiennent pas compte de la pandémie? » , s’inquiète -t-il. 

Pointés du doigt par les usagers qui estiment que la décision d’augmentation a été prise de façon « unilatérale », les responsables des compagnies maritimes privées assurent avoir frappés à toutes les portes afin de trouver un juste milieu. Il devait prendre en compte leurs difficultés et celles des populations. Mais les portent sont manifestement restées fermées.