Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
dimanche 26 septembre 2021

Un commerçant libanais agresse le 2e maire de Franceville

Le deuxième adjoint au maire de Franceville, Jules Ferry Ngouadjila Ndounou, a été victime ce mercredi au marché de Potos, d’une agression physique perpétrée par un commerçant. D’une seule voix, les Francevillois indignés se sont rangés derrière leur maire.

 

Le 2e maire adjoint de Franceville, chargé de la ville, est allé à la rencontre d’un opérateur économique, responsable d’un commerce au marché de Potos, pour lui signifier de déplacer son véhicule. Le stationnement gênant ne permettait pas aux autres commerçants d’écouler leurs marchandises. Le marché est en travaux et les places se font rares. En attendant, chacun doit se conformer aux règles municipales.

La demande du maire a été mal prise par le commerçant libanais qui n’a rien voulu savoir. « Cet endroit, je le loue et cela va jusqu’au trottoir et personne ne peut vendre là. Je n’enlève pas ma voiture, » a rétorqué le ressortissant libanais.

Humiliation

S’ensuit un échange vif entre le maire adjoint et le commerçant. Dans la foulée, l’opérateur économique, visiblement arrogant, a porté des coups contre Jules Ferry Ngouadjila Ndounou. L’autorité municipale ne s’est pas laissé faire et a riposté. C’est la bagarre devant des témoins médusés. La scène a choqué des Francevillois. « Comment peut-il porter la main sur notre maire et une autorité de la République ? » s’indignait la foule. Elle s’est aussitôt retournée contre le commerçant libanais. Il a échappé de justesse à la vindicte populaire grâce à l’intervention de la police. Il a été transporté au poste.

Les policiers et le procureur de la République près le tribunal de Franceville se sont rendus sur les lieux pour faire le constat et tenter de calmer la population du marché de Potos. Elle est très remontée par ce qu’elle considère comme un manque de respect total et une humiliation par un expatrié qui se croit au-dessus des lois du fait de sa richesse.

Les Francevillois indignés devant le magasin du commerçant.

D’autant plus que l’opérateur économique serait, d’après les témoignages de plusieurs commerçantes, un coutumier du fait. Insultes et menaces contre les clients et les autres commerçants sont une habitude pour lui.

Débordement

Par ailleurs, bien qu’il ait été amené au poste de police, ses employés sont restés bloqués dans le magasin avec quelques agents des forces de l’ordre. Les populations pensaient que le responsable était toujours à l’intérieur. Elles ont envahi l’entrée du magasin, clamant avec force : ‘’On veut le Libanais ! Ouvrez la porte ! » Les employés ont été difficilement exfiltrés sous la protection des policiers et sous une pluie de projectiles, bois, bouteilles, bancs…

La tension était palpable. La colère à son paroxysme pour des Francevillois révoltés. Pour montrer leur indignation à l’acte du « Libanais », ils ont entonné des chants au rythme du bruit de bouteilles et de bidons.

Craignant tout débordement, les autorités ont fermé le marché de Potos.