CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le maire de Libreville a procédé jeudi au lancement de l’opération de curage des caniveaux dans la capitale. Elles est salutaire pour les nombreux quartiers confrontés aux inondations lors des fortes pluies, mais elle s’effectue alors que la saison des pluies touche à sa fin.

Le médecin après la mort. C’est le qualificatif attribué à la mairie de Libreville, après le lancement jeudi, de l’opération de curage des caniveaux dans la commune.  Le maire Eugène Mba, au volant d’un tractopelle, a effectué le geste symbolique marquant l’effectivité des travaux.

Ils vont soulager les populations victimes d’inondations à chaque pluie. Cependant, le choix de la période laisse dubitatif. Certains observateurs qualifient la mairie de ‘’médecin après la mort’’. « Nous sommes déjà à la fin du mois de mai, les fortes pluies sont finies. Nous allons vers la saison sèche. On ne comprend pas ces autorités-là, après tout ce que nous avons subi comme dégâts, nous n’avons reçu aucune aide et vous venez faire les médecins après la mort », affirme un Librevillois.

Les travaux vont s’étendre sur 137 sites préalablement identifiés. Ils dureront le temps nécessaire pour permettre à l’entreprise en charge de leur exécution, Jeta Group, de remplir sa mission, dit-on du côté de la mairie.

Pression

Eugène Mba a affirmé que ces travaux sont le résultat d’un processus débuté quelques mois plus tôt dans le cadre de la lutte contre l’insalubrité à Libreville. « Parmi les opérateurs économiques qui ont la capacité de faire ce travail, nous avons trouvé la société Jeta Group qui était donc prête à nous accompagner. C’est pour ça qu’après avoir fait le tour avec cette société et identifié justement les sites et après avoir fait un rapport, nous avons donc convenu avec cette société de mener cette opération », a-t-il déclaré.

Si le n°1 de Libreville semble si confiant, d’autres y voient le résultat de la pression médiatique de ces derniers jours. Des révélations faites par Média 241 indiquent que Eugene Mba aurait signé des factures et des mandats de paiement pour le décaissement de près de 338 millions de Fcfa.Une enveloppe considérable destinée au règlement des travaux d’assainissement de Libreville, à l’entreprise Jeta Groupe, en l’occurrence le curage des caniveaux en zone inondables et les bassins versants non pris en compte par l’Etat. La transaction aurait été effectuée en deux jours, alors même que les travaux n’avaient pas été exécutés.

Le service de communication de la mairie a démenti ces allégations. Le lancement de l’opération de curage 48 h après la divulgation de cette information laisse tout de même perplexe.