Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Libération des 13 Gabonais interpellés au Sénégal

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le ministère des Affaires étrangères a annoncé, dans un communiqué mercredi la libération des 13 Gabonais, interpellés par la police sénégalaise le 20 mai dernier.

 

Selon le ministère des Affaires étrangères, l’interpellation de 13 Gabonais par la police sénégalaise faisait suite à des faits présumés de violation du couvre-feu, rébellion simple et outrage à agents. Après avoir été présentés devant la justice sénégalaise, ils ont été libérés par le procureur, après rappel à la loi, le 26 mai.

« L’Ambassadeur du Gabon au Sénégal et ses équipes se sont tenus aux côtés de nos compatriotes et nous ont régulièrement informés de la situation. Nous les félicitons pour leur professionnalisme. Tout comme nous félicitons l’Association des Etudiants Gabonais au Sénégal et le Conseil des Gabonais au Sénégal pour leurs actions », a indiqué le communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Si les Affaires étrangères se réjouissent de cette issue heureuse, elles appellent les jeunes compatriotes à plus de responsabilités et au respect des lois et règlements en vigueur dans les pays d’accueil comme dans leur propre pays.

Souveraineté

Tout comme, elles rappellent que « l’assistance consulaire apportée par les services de l’ambassade ne donne aucun droit d’ingérence ni d’interférence dans les procédures judiciaires d’un Etat souverain et ami.»

Comme plusieurs pays du continent, le Sénégal n’a pas été épargné par la pandémie de covid-19. Dans la cadre de la riposte, plusieurs mesures de riposte ont été annoncées par le président Macky Sall, à l’instar d’un couvre-feu institué de 21h à 5h du matin.

Réforme de la CEEAC : le comité de pilotage acte la finalisation

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

La 2e réunion du comité de pilotage de la réforme institutionnelle (COPIL-RI) tenue à Libreville a abouti à l’adoption des quatre textes restés en suspens.

Après plus de 48 h de travaux, les représentants des Etats membres de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale réunis à Libreville du 24 au 26 juillet ont acté la dernière étape indispensable à la réforme de la communauté.

En effet, les ministres et les ambassadeurs plénipotentiaires ont paraphé les quatre textes restants relatifs au cadre organique, au statut du personnel, au règlement financier et au protocole relatif au conseil paix et sécurité de l’Afrique centrale ( COPAX).

La fin d’un processus qui, selon le ministre des Affaires étrangères gabonais, Alain-Claude Bilie by Nze permet aux membres de la CEEAC de disposer d’un outil d’intégration régionale à la hauteur des réalités du monde présent. « Seule une CEEAC profondément réformée et modernisée pourra contribuer de manière adéquate à la réalisation de l’objectif continental contenu dans l’agenda 2063 de l’Union Africaine, et à l’agenda de nos chefs d’Etat consistant à redonner à l’Afrique centrale sa place de patrimoine continentale que lui confère sa position, » , déclare le ministre.  

Caractère

L’adoption des quatre derniers textes a été précédée de la validation du Traité révisé par le comité ministériel, le 21 juin dernier. Celui-ci a fait l’objet d’une relecture au cours des récentes assises.

Au terme de cette étape de validation des instruments juridiques, il revient désormais aux chefs d’État de finaliser l’adoption de la réforme et de sa mise en œuvre au sein de la CEEAC. Pour l’heure, les conclusions seront transmises au président en exercice de la CEEAC, le président gabonais Ali Bongo Ondimba. Il les présentera à ses homologues lors de la prochaine conférence des chefs d’État et de gouvernements.

La nouvelle réforme revêt un caractère majeur en ce qu’elle permet d’adapter l’architecture institutionnelle de la CEEAC à l’agenda 2063 de l’Union Africaine.