Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Bitam : mise en place d’un port sec à Meyo kye et à Eboro

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Les autorités mettent en place un port sec vers la frontière nord. Il faciliterait l’acheminement des marchandises en provenance du Cameroun.

La mise en place d’un port sec au nord du pays a fait l’objet ce samedi, à  Bitam de la visite et du choix de deux sites à la frontière entre le Gabon et le Cameroun l’un à Meyo kye et l’autre à Eboro. Ils serviront au transbordement des marchandises en provenance du Cameroun.

La mise en place du port sec vise deux objectifs : le respect des mesures restrictives sur la fermeture des frontières, tout en évitant  la propagation de la pandémie covid-19, et  assurer la fluidité des échanges sous-régionaux entre les deux pays.

Le ministre Biendi Maganga Moussavou a indiqué que «  le poste d’Eboro revêt un caractère stratégique comme le poste frontière de Meyo kye. Le poste d’Eboro va être destiné au transbordement des produits vivriers. Celui de Meyo kye servira au transbordement des animaux sur pieds ».

Le projet bénéficie de l’adhésion  des autorités politiques de la localité et des populations. Pour rendre possible sa réalisation, les deux parties ont procédé à la signature d’un protocole d’accord entre les propriétaires des parcelles choisis et le ministre de l’Agriculture, Biendi Maganga Moussavou, en présence de la directrice générale, de  l’Agence gabonaise de la sécurité alimentaire, Maëva Bongo Ondimba.

Capitale

La réalisation des travaux a été confiée au génie militaire, pour une semaine de travaux, selon le ministre.

La nouvelle activité est créatrice d’emplois. Elle mettra fin à la multitude de postes de contrôles le long de la route. Une fois la marchandise transbordée, les services concernés par l’expédition de la marchandise sur Libreville, procéderont à sa fouille et sa désinfection.  La marchandise ensuite chargée sur le camion, il n’y aura plus de fouille jusqu’à la capitale.

Prisca Nlend Koho lance la banque alimentaire 

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le soutien alimentaire aux populations en confinement est effectif depuis lundi. Des kits alimentaires ont été remis aux orphelinats et aux gériatries.

Quatre sites abritant les personnes vulnérables, orphelins et personnes âgées ont constitué la première étape de la distribution des kits alimentaires annoncée par le gouvernement : l’orphelinat Arc-en-ciel et la Fraternité St Jean situés à la vallée Ste Marie et l’orphelinat SOS Mwana situé dans le 1er et 3e arrondissements de Libreville et le centre d’accueil d’Angondjé, situé à Akanda.

Un véritable marathon effectué par la ministre de la Famille en charge des Affaires sociales, Prisca Nlend Koho, accompagnée pour l’occasion de ses collègues de l’Agriculture, Biendi Maganga Moussavou et des Sports en charge de la Jeunesse, Franck Nguema. Il s’agit de rendre effective les mesures annoncées par le président de la République afin de permettre aux populations de respecter le confinement, limitant la propagation du covid-19.

« Notre responsabilité est de rendre exécutive toutes les décisions prises par le chef de l’Etat. C’est évidemment très exaltant pour nous de pouvoir rencontrer ces enfants. Nous partons avec une satisfaction morale du devoir accompli », confie la ministre Koho.

Selon les prévisions du ministère de la Famille, tous les orphelinats identifiés dans les communes de Libreville, Owendo, Akanda et Ntoum en confinement, recevront une aide alimentaire. Elle  permettra de tenir durant un mois. « Nous avons étudié les lots pour qu’en fonction des effectifs de chaque site, ça puisse tenir sur un mois. Les lots ont été bel et bien étudiés et contrôler par l’Agasa qui assure la sécurité alimentaire de ces lots qui ont été déposées », rassure la ministre.  

 

Des lots en fonction des effectifs

Pour s’assurer de la crédibilité de l’action du gouvernement, des scrutateurs ont été mis à profit. 402 ministres du culte et laïcs vont être répartis entre les 228 équipes pour vérifier l’effectivité des mesures sur près de 60 000 ménages repartis dans le Grand Libreville.

Rapport

Pour la première journée, le révérend Francis Michel Mbadinga était accompagné de trois autres scrutateurs.

 « Vous savez ce type d’action, nous l’apprécions. Mais au Gabon, vous voyez, il y a les réseaux sociaux, et les gens se plaignent souvent que les bonnes décisions sont prises, mais ne sont pas effectives. Nous ne sommes pas là pour parler, mais pour regarder, faire un rapport et voir si la mesure est effective », explique le révérend Francis Michel Mbadinga. 

La première étape effectuée lundi marque l’opérationalisation de la banque alimentaire au profit des personnes impactées par le covid-19. Elle va se poursuivre tout au long de la période de confinement avec la remise de bons d’achats aux ménages du Grand Libreville.   

4e édition de l’opération Albacore

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Poursuivant la concrétisation du pilier « Gabon  Bleu », Biendi Maganga Moussavou, a  lancé au nom des ministères de la Défense nationale et de la Mer et de l’Agriculture l’opération Albacore. Elle intervient après le renouvellement de la convention avec le navire ‘’Bob Barker ».  

Avec l’appui de l’équipage de l’ONG Sea Shepperd, leader mondial dans la lutte contre la pêche illicite,  la marine nationale et l’ANPN  poursuivront durant  trois ans la surveillance maritime à bord du ‘Bob  Barker, en vue de lutter contre la pêche non déclarée, non réglementée.

 « Le Gabon est situé en plein cœur du Golf de Guinée et il fait l’objet  de convoitises de plusieurs pécheurs. Il est menacé par la pêche illégale, non déclarée et non réglementée. La piraterie maritime est un  fléau dans ses eaux et il est encore temps que nous fassions en sorte que toutes ces attaques contre la souveraineté soient contenues », déclare  Biendi Maganga Moussavou.

Cela passe par l’élaboration de tous les textes d’application du code des pêches en vue « d’être intraitable face aux armements qui seraient tentés de s’aventurer sans autorisation dans nos eaux pour y pratiquer la pêche illégale, » ajouté-t-il.

Pour ailleurs, l’opération Albacore, a permis depuis son premier lancement de non seulement minimiser les actes de pêche illégale, de piraterie maritime, mais surtout de former les experts nationaux en matière de surveillance. Dans cette perspective, de nombreux navires de pêche  ont déjà été arraisonnés au large des eaux gabonaises. 

Par la pérennisation de l’opération « bénéfique »,  le Gabon ambitionne de faire la promotion d’une gestion durable des ressources halieutiques.

Premier débarquement d’un chalutier de thons au Gabon

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le Gabon a accueilli mercredi son premier  débarquement de thons,  péchés dans ses eaux. Ils seront transformés et vendus dans tout le pays.

 

Événement historique pour le Gabon qui après un demi-siècle de pêche de thons, lance officiellement l’opération de transbordement et de débarquement de cette variété de poissons.

C’est le ministre de l’Agriculture,  de la Pêche et de l’Alimentation,  Biendi Maganga Moussavou qui a réceptionné cette première cargaison de thons,  débarquée au port d’Owendo.

L’évènement majeur  marque non seulement le début d’une nouvelle ère, mais lance également le développement de l’industrie thonière au Gabon. 

« Le transbordement et le débarquement à 100 % de nos ressources halieutiques permettra de couvrir une grande partie du marché local à moindre coût. »

 « Cette opération impactera plusieurs secteurs économiques, notamment par la création de nouveaux métiers tournant autour des services portuaires spécifiques au débarquement des produits de la pêche, à la transformation et à la commercialisation des produits sur l’ensemble du pays, »  a indiqué Biendi Maganga Moussavou.

Panier

Selon le ministre,  le kilogramme du thon de mer sera vendu localement à moindre coût, à savoir à moins de 1000 Fcfa / kg. L’objectif étant de lutter contre la vie chère.

Aussi,  souligne-t-il,  aucune variété de thon péché au large des côtes gabonaises ne sera plus vendue à  l’extérieur sans être  transformée sur place.

Cette nouvelle posture témoigne de l’ambition du gouvernement à mettre en avant des produits 100 % made in Gabon.

Le développement du Gabon bleu par l’entremise de  l’industrie thonière naissante sera créateur d’emplois. Il permettra aussi  la baisse des coûts du panier de la ménagère.

Communiqué du Ministère de l’Agriculture

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Réaction du ministre de l’Agriculture, suite à la mort de plusieurs poissons dans un cours d’eau à Lambaréné.

Communiqué de presse


Libreville, le 22 juillet 2019 – Suite au rapport technique de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) sur l’observation de poissons morts sur l’Ogooué parvenu au gouvernement le samedi 20 juillet 2019, une réunion s’est tenue sur instructions du Premier ministre, chef du gouvernement, sous la présidence des ministres en charge de la Pêche et de l’Environnement le même jour à 15 h. Dès le dimanche 21 juillet 2019 au matin, une mission intersectorielle mobilisant d’importants moyens logistiques s’est déployée sur le terrain.


Il en ressort à ce jour : – Une cartographie bien précise du périmètre concerné par ce phénomène. Il s’agit de la zone allant de Ndjolé à Lambaréné, particulièrement dans l’Abanga (lacs N’Guéné et Nzoughé) et en amont de l’embouchure de l’Ykoye (Ngounié) ; – Une seule famille de poisson semble être touchée : la carpe.


À ce stade, toutes les administrations, les entités scientifiques et techniques sont mises à contribution et des prélèvements de l’eau et du poisson en vue d’une analyse approfondie sont en cours.


Il est à noter qu’aucun cas d’animaux retrouvés morts en dehors de la carpe n’a été signalé. De même, aucune évolution anormale de cas d’intoxication n’a été constatée par les services sanitaires dont le dispositif de surveillance est actuellement renforcé.


Ainsi, en application du principe de précaution, le Gouvernement décide de la suspension des activités de pêche et de commercialisation du poisson provenant des zones identifiées durant quinze jours à compter de la publication du présent communiqué.


Durant cette période, le Gouvernement invite la population à s’abstenir de consommer les poissons retrouvés morts et à collaborer avec les équipes présentes sur le terrain.


Sous la coordination du gouverneur du Moyen Ogooué, une cellule de veille est mise en place pour collecter les informations et assister les populations.


Fait à Libreville, le 22 juillet 2019.


Biendi MAGANGA MOUSSAVOU Ministre de l’Agriculture, de l’Élevage, de la Pêche et de l’Alimentation

Trois questions à Biendi Maganga Moussavou

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le ministre de l’Agriculture revient sur le lancement du programme ‘’Vacances agricoles’’. Une invitation destinée aux jeunes de  8 à 22 ans à une immersion dans le monde agricole.

 

Quelles sont les principales innovations de la deuxième édition des ‘’Vacances agricoles’’ ?

Cette année, nous avons souhaité que les ‘’Vacances agricoles’’ touchent  l’ensemble du pays. Les neuf provinces sont engagées dans ce programme orienté dans un cycle maraîcher. Il s’agit d’un cycle court dans lequel on peut planter et récolter le fruit de ses efforts. Cette culture permet non seulement à chaque foyer gabonais de se nourrir, mais aussi d’arrondir les fins de mois. Et pourquoi pas, de bien gagner sa vie ? C’est ce que nous voulons transmettre aux enfants.

 

Comment les vacanciers peuvent-ils y prendre part ?

Pour s’inscrire, il y a le site du ministère de l’Agriculture. Il y a également tous les secteurs agricoles, à travers le pays et un numéro de téléphone où vous pouvez prendre des renseignements (…) La barre est fixée à 5000 jeunes, cette année. Nous sommes sûrs que nous allons l’atteindre parce qu’il y a un engouement, une telle volonté des jeunes de participer à un programme ludique et très instructif.

 

Quel objectif visez-vous à travers les ‘’Vacances pour tous’’ ? 

Ce programme qui concerne les vacances a pour objectif de réaliser ce que nous avons souvent tous fait dans nos familles pendant les vacances : s’adonner aux travaux champêtres. Et à côté, les jeunes auront la possibilité de se familiariser avec l’élevage agricole et de visiter d’autres sites industriels, à travers le pays. Ils verront dans toutes les dimensions notre agriculture. C’est en cela que la vision du président de la République, Ali Bongo Ondimba de voir les jeunes Gabonais s’adonner à l’agriculture va devenir concrète.

Propos recueillis par Saphyr M.

2e édition des vacances agricoles

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Marraine de la 2e édition des vacances agricoles, la première dame, Sylvia Bongo Ondimba a procédé, lundi, au geste symbolique de planting, en présence de plusieurs enfants. 5000 vacanciers sont attendus durant les mois de juillet et août.

Des dizaines d’enfants, accompagnés de leurs parents, étaient réunis ce lundi au périmètre maraîcher de l’Institut gabonais d’appui au développement (IGAD) du PK8, dans le 6e arrondissement de la commune de Libreville. Ils prenaient part au lancement de la 2e édition des « Vacances agricoles », placée sur le thème : « Encourager le retour à la terre autour des cultures maraichères. »

Sylvia Bongo Ondimba, marraine de l’édition, a procédé symboliquement au planting, marquant le début officiel de l’activité de maraîchage, en présence du ministre de l’Agriculture, Biendi Maganga Moussavou, et de nombreux partenaires.

Le ministère de l’Agriculture envisage l’initiation de près de 5000 vacanciers de 8 à 22 ans aux techniques de base du maraîchage, sous la supervision de 300 encadreurs.

« Je le félicite cette initiative. C’est important, pour que les populations puissent se nourrir et s’alimenter avec leurs petites parcelles. Cette initiative devrait être encouragée. Aujourd’hui, il y a de plus en plus de potagers dans les grandes villes , cela aide les gens à se nourrir, à gagner de l’argent, » a déclaré la première dame.

Immersion

Le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Alimentation, chargé du programme Graine, Biendi Maganga Moussavou a encouragé les vacanciers à faire preuve d’assiduité durant cette période d’apprentissage. « Nous comptons sur votre assiduité et votre curiosité pour contribuer à mettre sur le marché des produits frais de qualité et cultivés dans les règles de l’art, c’est-à-dire en tenant compte de la santé du consommateur. »

La deuxième édition de « Vacances agricoles » se déroulera en juillet et août sur toute l’étendue du territoire national. Ce projet phare du programme « Retour à la terre » s’est tenu pour la première fois en 2018 sur le thème « Visites Agricoles ». 500 personnes de 8 à 12 ans avaient bénéficié d’une immersion dans l’univers agricole.