CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le ministre de l’Education nationale a procédé à la signature de 500 dossiers sur les 2000 en attente de régularisation. Le gouvernement veut régulariser la situation administrative des enseignants et assainir le fichier de la Fonction publique.

2000 dossiers d’enseignants en situation de présalaires et sans salaire des promotions de 2014 à 2017 et ceux des recrutements directs avaient été recensés en début d’année. Le ministère de l’Education nationale avait aussitôt enclenché le processus de régularisation de ces agents de l’État à travers un recensement physique des enseignants concernés par la situation dans les neuf provinces du pays.

Après vérification, seuls 1200 dossiers avaient été retenus. Le ministre de l’Education nationale, Michel Menga M’Essone vient de procéder à la signature d’une première vague composée de 500 dossiers. Après plusieurs années d’attente, ils entrent enfin dans la phase qui conduit à leur intégration. Michel Menga M’Essono affirme d’ailleurs sa conviction de voir ce dossier aboutir le plus rapidement possible.

« Nous ne pouvons pas faire notre travail si nous n’avons pas d’enseignants. Ils sont affectés dans des établissements, nous souhaitons que ces établissements là fonctionnent. Ils ne peuvent pas fonctionner normalement si ces enseignants ne sont pas à l’aise ».

Assainissement

Par ailleurs, les raisons ayant conduit à la mise à l’écart des 800 dossiers restants sur les 2000 de départ sont, entre autres, le défaut de diplômes, d’acte de naissance. Toutefois, le ministre rassure sur l’ouverture d’une commission pour le suivi. « Les dossiers qui appartiennent à cette catégorie là, nous les avons simplement mis de côté pour l’instant, de façon à ce qu’il soit éventuellement complétés », poursuit-il.

Après plusieurs années de tractation, plus de 1000 enseignants vont reprendre le chemin de l’école la rentrée prochaine. L’action du ministère de l’Education nationale rentre dans le cadre de la régularisation de la situation administrative des enseignants et de l’assainissement du fichier de la fonction publique.