Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Audiovisuel : en finir avec le piratage

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Afin de trouver une solution pérenne à la problématique du piratage, le ministre de la Communication, s’est entretenu, le 6 juillet avec les responsables des entreprises en charge de la distribution des contenus audiovisuel.

« Comment juguler le fléau de piratage au Gabon ? » C’est la principale question qui a ponctué les échanges entre le ministre de la Communication, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou et les opérateurs en charge de la distribution des contenus audiovisuels, en présence de l’autorité de régulation des télécommunications (ARCEP), lundi dans les locaux du ministère.

« C’est un phénomène qu’il convient d’arrêter rapidement pour permettre à tout le monde d’évoluer dans un domaine qui soit le plus sain, qui soit le plus concurrentiel et qui soit acceptable aussi bien par les pouvoirs publics que par les acteurs du secteur eux-mêmes », a indiqué le ministre de la Communication. 

Une démarche visiblement appréciée par les opérateurs conscients de l’urgence et prêts à travailler avec les autorités pour juguler un phénomène qui cause des pertes énormes.

« Le gouvernement s’est engagé résolument dans cette lutte qui est importance, contre le piratage des contenus numériques, notamment télévisuels. Et nous voyons qu’il y a certains acteurs qui ne se dérangent pas à pirater certaines chaines sans aucune autorisation, ce qui nuit bien entendu à la libre concurrence des activités de ce secteur », a confié Edgard Tougma, directeur exécutif TNT.

Décisions extrêmes

« L’initiative du ministre est louable. Actuellement au Gabon, le piratage a pris de l’ampleur et Satcon est disposé à travailler avec le gouvernement pour faire avancer les choses », a renchéri  Apéno Serges Kurtis, directeur marketing Satcon.

Pour parvenir à l’objectif fixé, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou n’entend pas aller par quatre chemins. Il a rappelé la norme en matière de diffusion des contenus au Gabon, et la nécessité de s’y conformer.  « Ne poussez pas le ministère à prendre des décisions extrêmes. Je vous invite et je vous convie à vous conformer à la réglementation en vigueur », a-t-il dit. 

 Au terme de la rencontre, une commission de suivi a été mise en place pour le suivi du dossier.

Santé d’Ali Bongo : le bras de fer entre le gouvernement et le syndicat Unitaire

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Suite à la déclaration mardi dernier de la centrale syndicale Dynamique unitaire, annonçant la mort d’Ali Bongo Ondimba, le gouvernement entend ester en justice les auteurs des «  propos mensongers. »

Réagissant aux propos de la confédération Dynamique unitaire, le ministre d’État, ministre de l’Intérieur et de la Justice, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou, a annoncé des poursuites judiciaires à l’encontre des responsables syndicaux.

En effet, les syndicalistes, par la voix de leur leader Jean-Remi Yama, annonçaient la mort du président Ali Bongo Ondimba.

« Connaissant la propension d’Ali Bongo à intervenir ou à apparaître à la moindre occasion et à l’analyse de tous ces faisceaux d’indices, la confédération syndicale Dynamique unitaire a l’intime conviction que le chef de l’Etat est mort. Il n’existe plus. »

Des propos, que le gouvernement qualifie de « mensongers » et « sans fondement », dont le but serait de créer le trouble et la confusion dans l’esprit des populations.

La déclaration du syndicaliste « vise à susciter une certaine psychose auprès de nos partenaires au développement et incidemment à affecter l’environnement des affaires, l’ordre public et la cohésion sociale, » a indiqué Edgard Anicet Mboumbou Miyakou.

De ce fait, le gouvernement condamne les propos de Jean Rémi Yama. Ils l’exposent à des poursuites pénales pour propagation de fausses nouvelles.

Déjà, cette nouvelle prise de parole du leader de la Dynamique unitaire lui a valu une descente musclée de la Direction générale de la recherche (DGR).

« Des hommes lourdement armés ont pénétré mon domicile. Ils n’ont décliné aucune identité et n’ont présenté aucun mandat. Ils ont prétendu appartenir à la DGR et qu’ils étaient envoyés par le procureur de la République… Si le procureur veut m’entendre, il n’a qu’à m’envoyer une convocation au lieu de débarquer à pareille heure et traumatiser ma femme et mes enfants », a-t-il protesté.

Le bras de fer entre le gouvernement et la Dynamique unitaire ne fait que commencer, d’autres rebondissements pourraient, dans les prochains jours, faire l’actualité.

Il relance le débat sur la santé du président Ali Bongo, victime d’un AVC, en octobre dernier, lors d’un déplacement en Arabie Saoudite. Après quelques mois de convalescence au Maroc et un retour « définitif », l’opposition et une partie de la société civile remettent, toujours, en cause sa capacité à diriger le pays.