CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

L’Assemblée générale de la FANAF qui s’ouvre ce 17 février à Libreville, élira son futur président. Deux ressortissants de la CEMAC sont candidats : le Gabonais César Ekomie-Afene et le Camerounais Théophile Gérard Moulong.

La 44e édition de l’assemblée générale de la Fédération des sociétés d’assurances de droit national africaine – FANAF s’ouvre ce lundi 17 février à Libreville, au Gabon. Placée sous le signe de l’innovation au cœur de l’assurance, cette rencontre est particulièrement importante au-delà de son thème, car elle permettra d’élire le nouveau président de la Fanaf.

Deux ressortissants de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale se disputent la fauteuil, après les six ans de mandat du Sénégalais Adama Ndiaye. Il s’agit du Gabonais César Ekomie-Afene et du Camerounais Théophile Gérald Moulong. Quelles sont leurs offres ?

César Ekomie-Afene joue sur son expérience

Ancien vice-président de la FANAF, le gabonais César Ekomie-Afene connait bien le milieu de l’assurance qu’il côtoie depuis 1982. Administrateur de Nsia, il cumule plusieurs années dans le domaine et veut mettre cette expérience au profit de l’institution panafricaine d’assurance. « En 40 ans, ma passion de servir est restée la même. Et c’est elle qui me pousse à rêver plus grand pour la Fédération des sociétés d’assurances de droit national africain » souligne-t-il dans son programme de campagne.

Son programme s’articule autour de quatre piliers. Ils reflètent selon lui, ses forces et sa vision de rassemblement de l’institution, de continuité des actions de ses prédécesseurs, mais aussi et surtout, l’ambition de passer un autre cap ; celui de renforcer la FANAF, afin d’en faire un acteur de poids dans les échanges internationaux.

Conscient des défis auxquels est confrontée l’institution, César Ekomie-Afene veut consolider les acquis et répondre « efficacement » aux défis de la mondialisation. « Mais nous n’y parviendrons qu’ensemble. Car ensemble, nous sommes l’expérience de l’avenir. Et ensemble nous réussirons » prévient-t-il.

Théophile Gérard Moulong, « une FANAF pour tous »

Président de l’Association des sociétés d’assurance du Cameroun (ASAC), Théophile Gérard Moulong, cumule aussi plus d’une trentaine d’années dans le domaine de l’assurance. Aujourd’hui, après avoir sillonné les marchés de la FANAF à la rencontre de tous les acteurs de l’industrie, il veut rendre au secteur de l’assurance ce qui lui a été donné. C’est d’ailleurs sur cette expérience que le Camerounais fonde sa candidature. « Ces rencontres faites de longues écoutes, ont nourri ma réflexion sur l’actualité des résolutions des états généraux de l’assurance, tenus à Abidjan (…), dont votre humble serviteur est membre du Comité de suivi » avance-t-il dans son propos d’annonce de candidature.

Sa vision, articulée autour d’ « Une FANAF pour tous », veut donner une nouvelle impulsion au secteur de l’assurance face à la mondialisation. Pour ce faire, Théophile Gérard Moulong compte sur ses années d’expérience au service pour servir la cause de l’institution panafricaine d’assurance. « Vous savez que je suis un des vôtres. Ce sont vos idées que je porte et vos intérêts que je vais servir. C’est pour cela que vous allez m’accorder vos suffrages pour la présidence de la FANAF » laisse-t-il entendre.

Entre ces deux ressortissants de l’Afrique centrale, seule l’issue de la 44e Assemblée générale le 20 février prochain déterminera qui sera le futur président de la FANAF. C’est la première fois qu’un Gabonais se présente à cette élection, alors que le Cameroun cumule à ce jour, trois présidents à la tête de l’institution. Par ailleurs, une règle implicite confère ce statut aux ressortissants des seules régions d’Afrique de l’ouest et d’Afrique centrale.