Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Trans’Urb : bientôt sur les routes

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Créé il y a plusieurs mois, le lancement des activités de Trans’Urb interviendra dans les meilleurs délais, selon son directeur général, Joël Lehman Sandoungout.

Face à l’état de détresse de la Société gabonaise de transport – Sogatra, unique entreprise de transport public, son auxiliaire créé il y a plusieurs mois se présente comme une alternative pour répondre à la demande en matière de transport dans la ville de Libreville. Pour donner un coup d’accélération au lancement des activités de cette entreprise, le premier ministre, Julien Nkoghe Bekale avait annoncé lors de sa déclaration de politique générale devant les députés en décembre dernier l’imminence du démarrage de ses activités.

Début février, la nomination lors du dernier conseil des ministres du directeur général, Joël Lehman Sandoungout ,a marqué un tournant majeur dans les préparatifs du démarrage des activités de Trans’Urb. D’après une réunion du suivi d’évaluation conduite par le premier ministre, vendredi 7 février, ce n’est plus qu’une question de temps.

300 bus

Le recrutement du personnel est imminent. Une fois passée cette étape, l’entreprise démarrera ses activités. « Nous travaillons sereinement pour que dans les meilleurs délais nous puissions annoncer un démarrage effectif des activités de Trans’Urb », a déclaré le nouveau directeur général.

Selon l’ambition affichée par le Gouvernement, la création de cette deuxième société de transport urbain vise à répondre à la demande sans cesse croissante en matière de transport public. Pour son démarrage, 300 bus pourraient composer le parc automobile. Par ailleurs, le lancement des activités, bien qu’il permettra d’épauler la Sogatra essoufflée par des difficultés liées à sa mauvaise gestion, pourrait par la même occasion sonner la fin de cette entreprise qui n’est plus que l’ombre d’elle-même.

Bourses : les étudiants devront patienter

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Dans une note, l’Agence nationale des bourses du Gabon annonce la suspension des bourses des étudiants gabonais poursuivant leurs études au Gabon et ayant perçu 12 mois de bourse.

La rationalisation des finances publiques dans laquelle le gouvernement s’est engagé n’épargne aucun secteur. Les signaux étaient déjà perceptibles depuis des mois dans le sillage des allocations des bourses d’études. Il vient de prendre corps avec l’annonce du directeur général de l’Agence nationale des bourses du Gabon, Joël Lehman Sandoungout.

« Le Directeur général de l’ANBG informe les étudiants du gouvernement gabonais poursuivant leurs études au Gabon que le paiement de l’allocation d’études sera suspendu pour les boursiers ayant déjà perçu douze mois de bourse », peut-on lire dans une note signée du directeur général de l’ANBG en date du 2 septembre. « Ainsi les étudiants dont la bourse a été payée à partir du mois d’octobre verront le paiement suspendu à la fin du mois de septembre. Par contre, pour ceux ayant perçu la bourse à partir de janvier, la suspension se interviendra à la fin du mois de décembre ». 

Le document officiel qui circule depuis ce 10 septembre dans les réseaux sociaux précise que la suspension des allocations d’études répond au  souci constant de rationaliser les dépenses liées au paiement des bourses.

À cet effet, l’ANBG affirme étudier différentes stratégies pour minimiser les effets pervers qui sont, entre autres, les bourses indûment perçues, les orientations non respectées, les étudiants absents des procès-verbaux et ayant zéro crédit,  pouvant obérer les ressources financières allouées par l’Etat et permettre le bénéfice de l’allocation d’études au plus grand nombre de nos compatriotes

Fleuve

Selon l’ANBG, cette suspension est  provisoire puisqu’un renouvellement de la bourse est prévu. Un retour d’allocation d’études conditionné par la transmission des résultats académiques et suivant le début effectif des cours.

Cette décision ne va pas améliorer les relations entre l’Agence nationale des bourses du Gabon et les étudiants boursiers. Elles n’ont jamais été un long fleuve tranquille. Si les raisons évoquées par l’ANBG sont fondées, les étudiants déplorent d’autres difficultés relatives, entre autres, au retard de paiement, de décision d’attribution, aux suspensions abusives d’allocation d’études.