Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Le geste de solidarité de l’ONG Belle Vie à Akiéni

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

L’ONG Belle Vie, a mis à profit son séjour dans le département de la Lékoni-Lékori dans le sud-est du Haut-Ogooué, pour offrir des kits alimentaires et des bavettes aux filles-mères et aux personnes âgées de la commune d’Akièni.

 

Comme une réponse à l’appel de solidarité nationale, l’ONG Belle Vie, a décidé d’apporter sa contribution en produits alimentaires de premières nécessités aux fille-mères et aux personnes âgées de la commune d’Akièni.

L’action rendue possible par Yasmine Marat Abila, cadre de la contrée et marraine de l’ONG Belle Vie, a permis d’offrir 230 kits alimentaires composés de vivres frais, de bouteilles d’huile, de paquets de sucre, de sac de riz, d’une valeur 1 million 200 mille francs.

Pour le président de l’ONG, Joseph Simba, en tant que partenaire au développement, il était naturel pour eux de se joindre au gouvernement, en ces temps de crises sanitaire et économique, pour apporter leur contribution, car conscient que le gouvernement ne peut tout faire.

VIH/Sida

‘’Il faut dire que les personnes âgées et les jeunes fille-mères sont une tranche de la population assez vulnérable. Les personnes âgées n’étant plus actives ont besoin de l’aide des personnes qui le sont encore pour leur apporter un peu de soutien. Les jeunes fille-mères sont pour la plupart abandonnées par leur conjoint et avec l’arrêt de leurs différentes petites activités dû à la situation actuelle, il était important pour nous de penser à cette tranche’’, a indiqué le président.

Par ailleurs, en vue de lutter contre la propagation du coronavirus et d’amener les populations à se protéger, l’ONG a à distribuer également des bavettes. 800 masques ont été offerts.

L’ONG Belle Vie a pour but de lutter contre les infections sexuellement et le Vih/Sida, d’accompagner les personnes Vivants avec le VIH, et aussi impliquer dans l’organisation des activités socio-culturelles et sportives.

Les Bitamois reçoivent le don de Nourredin Bongo           

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Débutée vendredi  par les confessions religieuses, la tournée de distribution de l’aide alimentaire aux familles gabonaises économiquement faibles par Nourredin Bongo Valentin a pris fin dimanche 17 mai, dans la commune de Bitam.                                      

Sous la houlette de l’honorable Patricia Ndemengane Ndong,  députée du premier siège du département du Ntem, accompagnée du sous-préfet du district de Meyo-Kyé, Martin Mba Mengue représentant le préfet du département du Ntem empêché, du maire de Bitam, Jules Mbele Asseko et de nombreux cadres issus des partis politiques de la majorité présidentielle,  les dons du coordonnateur général des Affaires présidentielles ont été distribués aux populations de Bitam.

La délégation a sillonné les différents quartiers du siège dans le but de satisfaire le plus grand nombre. Les  bénéficiaires ont salué à sa juste valeur le geste de générosité.

Les députés, Élie Colin Akoué et David Ella Mintsa, respectivement élus du 2e et 4e sièges du Ntem, ont aussi entrepris la même mission dans leur circonscription.

Á ce jour,  seul l’honorable Francis Ntolo Eya’a,  député du 3e siège, reste attendu sur le terrain, dans le district de Bikondom.

À  Bitam, comme dans les villages du département du Ntem, les populations pensent que l’acte posé par Nourredin Bongo Valentin, devrait interpeller les autorités et les cadres locaux, pour, à leur tour, faire preuve de générosité.

Le devoir de transparence de Prisca Nlend Koho 

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Au terme de deux semaines de confinement total, la banque alimentaire n’a pu servir tous les 60 000 Gabonais économiquement faibles. Lors du point de presse du gouvernement, la ministre en charge des Solidarités nationales a fait un bilan d’étape. Les distributions se poursuivent.

 « Il est clair que tant que nous n’avons pas encore touché les 60 000 cibles concernées au préalable, nous n’allons pas arrêter l’opération », dixit la ministre en charge des Solidarités nationales, Prisca Nlend Koho, au cours de la deuxième conférence de presse du gouvernement sur le plan de riposte et de soutien économique et social contre le covid-19. D’emblée, elle s’est dit déterminé à aller au bout de son action.

Au terme de deux semaines de confinement total du grand Libreville, la distribution de l’aide alimentaire dans les communes de Libreville, Owendo, Akanda et Ntoum est loin d’avoir atteint le but escompté. Sur les 60 000 ménages à satisfaire, seule la moitié a pu être touchée par les équipes de distribution déployées sur le terrain depuis deux semaines

Face à la presse nationale et internationale, et en présence du premier ministre et de membres du gouvernement, Prisca Nlend Koho a énuméré les différentes raisons de ce retard : lenteur dans la mise à disposition de bons,  insuffisance de volontaires, non-respect des consignes par les populations, entre autres.

Carte

« C’est une opération qui a l’air lourde, mais en réalité sur le terrain, elle est encore plus lourde qu’on  le croit », a-t-elle indiqué. « Nous comprenons aisément l’impatience et même le scepticisme des populations. Cependant tant que les équipes mises sur le terrain de façon progressive, en fonction de la disponibilité des bons d’achats et des kits ne peuvent pas avancer parce que les populations sortent de leurs maisons, il est difficile pour nous de pouvoir réaliser cette opération dans des conditions optimales », précise la ministre.

L’autre challenge du ministère des Affaires sociales est de répertorier toutes les personnes servies et d’actualiser le fichier de la CNAMGS. Pour cela, sur le terrain les équipes sont munies de fiches. Elles consignent toutes les informations. Sur ce point, Prisca Nlend Koho veut  jouer la carte de la transparence.

« Nous avons la possibilité de contrôler les personnes qui ont été bénéficiaires de kits alimentaires et de bons d’achat mis à la disposition des populations. Nous avons mis en place un point de presse  quotidien qui nous permet d’informer les populations de façon régulière de l’évolution de l’activité de la banque alimentaire et cette évolution  nous permet d’avoir une idée exacte. (…). Le chef de l’Etat en a besoin, le premier ministre lui-même dans ses communications en a besoin et moi-même, j’ai le devoir de communiquer comme il se doit sur ces chiffres-là. »

Porte

Pour Prisca Nlend Koho, une opération d’une telle ampleur est inédite au Gabon. Malgré tout, la machine se met en route. Au fil des jours, le ministère égrènent ses chiffres. Ils sont en hausse. Il y a plus de Gabonais économiquement faibles qui ont reçu bons et kits alimentaires qu’il y a deux semaines.

Un encouragement pour des équipes confrontées à l’impatience, voire à la colère des uns et des autres. Il est clair que ventre affamé n’a pas d’oreilles. Difficile pour une partie de la population d’entendre les explications techniques de la ministre tant qu’elle n’a encore rien vu devant sa porte.

Prisca Nlend Koho lance la banque alimentaire 

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le soutien alimentaire aux populations en confinement est effectif depuis lundi. Des kits alimentaires ont été remis aux orphelinats et aux gériatries.

Quatre sites abritant les personnes vulnérables, orphelins et personnes âgées ont constitué la première étape de la distribution des kits alimentaires annoncée par le gouvernement : l’orphelinat Arc-en-ciel et la Fraternité St Jean situés à la vallée Ste Marie et l’orphelinat SOS Mwana situé dans le 1er et 3e arrondissements de Libreville et le centre d’accueil d’Angondjé, situé à Akanda.

Un véritable marathon effectué par la ministre de la Famille en charge des Affaires sociales, Prisca Nlend Koho, accompagnée pour l’occasion de ses collègues de l’Agriculture, Biendi Maganga Moussavou et des Sports en charge de la Jeunesse, Franck Nguema. Il s’agit de rendre effective les mesures annoncées par le président de la République afin de permettre aux populations de respecter le confinement, limitant la propagation du covid-19.

« Notre responsabilité est de rendre exécutive toutes les décisions prises par le chef de l’Etat. C’est évidemment très exaltant pour nous de pouvoir rencontrer ces enfants. Nous partons avec une satisfaction morale du devoir accompli », confie la ministre Koho.

Selon les prévisions du ministère de la Famille, tous les orphelinats identifiés dans les communes de Libreville, Owendo, Akanda et Ntoum en confinement, recevront une aide alimentaire. Elle  permettra de tenir durant un mois. « Nous avons étudié les lots pour qu’en fonction des effectifs de chaque site, ça puisse tenir sur un mois. Les lots ont été bel et bien étudiés et contrôler par l’Agasa qui assure la sécurité alimentaire de ces lots qui ont été déposées », rassure la ministre.  

 

Des lots en fonction des effectifs

Pour s’assurer de la crédibilité de l’action du gouvernement, des scrutateurs ont été mis à profit. 402 ministres du culte et laïcs vont être répartis entre les 228 équipes pour vérifier l’effectivité des mesures sur près de 60 000 ménages repartis dans le Grand Libreville.

Rapport

Pour la première journée, le révérend Francis Michel Mbadinga était accompagné de trois autres scrutateurs.

 « Vous savez ce type d’action, nous l’apprécions. Mais au Gabon, vous voyez, il y a les réseaux sociaux, et les gens se plaignent souvent que les bonnes décisions sont prises, mais ne sont pas effectives. Nous ne sommes pas là pour parler, mais pour regarder, faire un rapport et voir si la mesure est effective », explique le révérend Francis Michel Mbadinga. 

La première étape effectuée lundi marque l’opérationalisation de la banque alimentaire au profit des personnes impactées par le covid-19. Elle va se poursuivre tout au long de la période de confinement avec la remise de bons d’achats aux ménages du Grand Libreville.   

La générosité de J’aime Oyem

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

L’association J’aime Oyem a offert samedi des kits alimentaires à une centaine de femmes du 2e arrondissement d’Oyem dans le Woleu-Ntem.

L’œuvre de bienfaisance rentre dans le cadre de la concrétisation de l’engagement pris par la députée du deuxième arrondissement de la commune d’Oyem, Estelle Ondo, pour l’amélioration des conditions de vie des populations de sa circonscription électorale, particulièrement les femmes.

Par ailleurs, l’élue se veut toujours proche de ses électeurs. Dans ce sens pour marquer sa présence en ce début d’année, Estelle Ondo a délégué les membres de son mouvement associatif J’aime Oyem pour distribuer des kits alimentaires à plusieurs familles préalablement recensées.

« Malgré la distance, depuis Libreville, j’ai une pensée particulière pour ces femmes d’Oyem. Je remercie les jeunes de J’aime Oyem, toujours en action au service de notre belle ville », s’est-elle exprimée.

Un acte de générosité apprécié à sa juste valeur. Les bénéficiaires ont aussitôt lui adressé leur gratitude. « Être humain, c’est se soucier de ses semblables, des personnes économiquement faibles comme nous. Notre sœur et mère a le sens du partage. Nous ne pouvons que la remercier pour ce geste de solidarité. »

Cœur

Il s’agit de la troisième distribution du genre depuis la mise en place par J’aime Oyem d’une banque alimentaire. Son objectif principal est de venir en aide à des familles oyémoises en situation de précarité et d’apporter du soulagement et du réconfort à des foyers qui traversent des moments difficiles.

Femme de cœur, Estelle Ondo a axé son action pour le bien-être des Oyemoises et des Oyemoises. Depuis 2016, à travers J’aime Oyem elle multiplie des actes de bienfaisance au bénéfice du plus grand nombre.