Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Covid-19 : l’hydroxychloroquine restera en usage au Gabon

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Au lendemain de la décision de l’OMS de suspendre temporairement les essais cliniques avec l’hydroxychloroquine, les responsables de la Commission technique et du comité scientifique du  Copil ont entamé des discussions pour décider de la conduite à tenir sur le plan local.

Autour du ministre de la Santé, Dr Max Limoukou, jeudi, les responsables des commissions technique et  scientifique du comité technique du comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à coronavirus (Copil covid-19). Objectif, solliciter leur expertise sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine chez les patients atteints du covid-19 au Gabon après les révélations de la revue scientifique « The Lancet » et la décision de l’Organisation mondiale de la santé  d’interrompre les essais thérapeutiques en cours.

De façon unanime et, indépendant de la décision de l’organisme international, les praticiens gabonais ont décidé de poursuivre l’administration du traitement actuel à base d’hydroxychloroquine et d’azithromycine aux patients atteints du covid-19. Un protocole thérapeutique qui, selon eux, fait valeur de loi par l’arrêté n°00017/MS/CabM du 6 avril 2020 qui fixe les conditions de prise en charge des patients atteints de la maladie à coronavirus.

Par ailleurs, assure Dr Guy Patrick Obiang, porte-parole du Copil,  en cas de nécessité, l’association Lopinavir/Ritonavir pourrait être une alternative. « Bien qu’aucun cas de décès lié à l’hydroxychloroquine n’ait été notifié par les praticiens hospitaliers, il a été demandé au comité scientifique de mener une étude chez des patients ayant pris de la chloroquine afin de savoir s’ils ont eu des problèmes de santé pendant la prise de ce traitement », a-t-il précisé. 

Effets indésirables

Le ministre de la Santé, Max Limoukou a, pour sa part, rappelé que le Gabon dispose de trois protocoles thérapeutiques dont celui de la chloroquine actuellement remis en cause.  « Nous sommes en train de nous organiser pour que les médicaments concernant les deux autres protocoles soient disponibles afin que les praticiens hospitaliers puissent choisir quel type de protocole est adapté à leur patient ».

A l’instar du Gabon, le Sénégal, le Tchad, l’Algérie, le Brésil et le Maroc ont décidé de poursuivre l’usage de l’hydroxychloroquine pour le traitement des patients covid-19. Au Maroc par exemple, sur 3200 patients qui ont bénéficié de ce traitement, 94,3% ont été guéris dont 5,7% de cas graves et 2,8% de létalité. Seuls 0,8% de patients ont des effets indésirables et 12% des effets indésirables mineurs.

Covid-19 : le Gabon reçoit deux lots de matériel en moins de 24 h

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le Gabon a reçu successivement deux lots de matériel médical et de prévention au Covid-19. Le premier lot, une commande annoncée par le président de la république, a été réceptionné mercredi. Le deuxième, un don de la Fondation Jack Ma jeudi.

 

La livraison de ces tonnes de matériel, d’équipements de protection et de prise en charge vient conforter les efforts du Gabon dans la riposte contre le Covid-19. Le premier lot réceptionné est composé de 1.500.000 masques chirurgicaux, 200.000 masques FP2, 30 000 équipements de protection individuelle (EPI), 30 000 gants, 500 000 gels hydro alcooliques de 500 ml, 2000 thermoFlashs et 42 respirateurs.

Il a été suivi, le lendemain, par la réception du lot de la fondation du milliardaire chinois Jack Ma. Cette aide significative est composée de 100.000 masques, 20.000 kits de dépistage Covid-19, de 1000 combinaisons médicales et de solution hydroalcoolique.

La livraison du matériel offert par la Fondation Jack Ma a le mérite de taire la polémique née sur les réseaux sociaux. Prenant pour prétexte une publication du premier ministre éthiopien, les activistes ont attribué la paternité du premier lot de matériel réceptionné par le président de la République à l’homme d’affaires chinois. Sur sa page facebook, la présidence de la République précise : « sur instructions du Président de la République, le #Gouvernement a, dès le début de la Crise au niveau international, procédé à la création d’un fonds spécial pour la riposte contre le #COVID-19, qui a permis notamment la commande et la livraison de cette importante quantité de matériels médicaux. »

Les ministres de la Santé et des Affaires étrangères à la réception du deuxième lot de matériel médical.

Pour les autorités, seule prime la victoire contre le Covid-19. « Nous allons continuer à en recevoir et tout ceci pour assurer une bonne prise en charge de nos patients. Il faut protéger le personnel médical et paramédical qui travaillent. Et secondairement les populations »,  confie le ministre de la Santé, Max Limoukou.

 Aux affaires étrangères, l’apport des partenaires est bénéfique. Peu importe son origine, la santé du pays ne se discute pas. « Dans cette période toute contribution est importante et c’est l’occasion de remercier l’Union africaine et la Fondation Jack Ma. Il faut continuer à travailler, le chef de l’Etat et le gouvernement ont fait d’autres commandes pour contribuer à garantir la sécurité des Gabonais »,  renchérit le ministre Alain-Claude Bilie-by-Nze.

Selon le dernier bilan, le Gabon compte désormais 7 cas positifs au Covid-19, un décès et plusieurs personnes mises en quarantaine. Dans cette lutte contre cet ennemi invisible qui ne cesse de gagner du terrain, le respect des mesures barrières demeurent selon l’OMS la meilleure mesure de prévention.

Santé : la Présidence lance le programme SMILE

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le lycée publique d’Owendo était la première étape de la campagne de soins de santé gratuits aux élèves , annoncée par le président de la République, le 31 décembre dernier.

Au lycée publique d’Owendo, ce sont des praticiens a l’œuvre depuis près d’une semaine qui ont reçu la visite du coordonnateur général des Affaires présidentielles, Nourreddin Bongo Ondimba. Accompagné du ministre de la Santé, Max Limoukou et de plusieurs partenaires au développement, le collaborateur du président de la République s’est rendu compte de l’effectivité de la campagne de soins de santé (SMILE) qui devra bénéficier à 400 000 élèves de l’ensemble du pays.

Pour concrétiser ce programme, les praticiens indiens et gabonais travaillent en bonne intelligence afin de détecter les différentes carences qui peuvent constituer un frein à l’épanouissement des élèves et impacter négativement les résultats scolaires.

 » Nous voulons donner le sourire aux enfants, comme l’indique le slogan de la campagne médicale Smile, en améliorant leur état de sante. Personne ne sera en marge de cette activité. La priorité du chef de l’Etat est d’offrir un meilleur avenir aux enfants, mieux contribuer à leur bien-être » , a confié le porte-parole de la Présidence, Jessy Ella Ekogha.

La caravane médicale fera le tour des établissements scolaires publics du Gabon, pour faire du dépistage auprès des élèves de 6 à 18 ans. Elle procurera des soins oculaires, dentaires et nutritionnels gratuits d’une part, et identifiera les problèmes  pouvant affecter la santé des enfants d’autre part.

Le programme Smile a pour but de permettre aux jeunes de toutes les couches sociales d’accéder aux soins de qualité. Il permettra aussi de faire une détection précoce de nombreuses pathologies souvent à l’origine de problèmes de santé graves.

Coronavirus : les passagers en provenance de Chine interdit d’accès au Gabon

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le Gabon ferme ses frontières aux passagers en provenance de Chine. La mesure, annoncée par le ministre de la Santé vise à prévenir le pays contre les risques liés au coronavirus .

L’épidémie de coronavirus déclarée en Chine, dans la ville de Wuhan, continue de s’étendre à travers le monde. A ce jour, plus de 320 cas de contamination ont été décelés dans une trentaine de pays et territoires. Face à l’ampleur de la situation, le Gabon a décidé de prendre des mesures drastiques en interdisant l’accès à son territoire aux passagers en provenance de Chine.

« Au regard de la propagation de cette épidémie au-delà de l’épicentre, le Gouvernement a décidé d’élever le niveau de surveillance et de suspendre, jusqu’à nouvel ordre, l’accès au territoire national à tout passager en provenance de Chine » a annoncé le ministre de la Santé, Max Limoukou dans une déclaration.

Depuis l’annonce de l’épidémie, environ 720 personnes ont perdu la vie. De ces victimes, figurent des ressortissants d’autres continents. Si jusqu’à ce jour, « aucun cas suspect ou déclaré n’a été enregistré sur le territoire national », la mise en place des mesures de précaution peut-être perçue comme un bouclier efficace pour mettre le pays à l’abri d’une potentielle contamination.

Par ailleurs, la communauté gabonaise recensée en Chine dans l’épicentre du virus semble, au regard de la déclaration du ministère, en toute sécurité. De plus, a annoncé le ministre, « un contact quotidien a été institué avec notre ambassade, en vue de suivre au jour le jour l’évolution de la situation ».

Production locale de médicaments : l’usine de Nkok achevée à 80%

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le Gabon aura bientôt une usine de fabrication locale de médicaments. Le chantier en cours dans la zone économique spéciale de Nkok est construit sur une superficie de plus de 7000 m2. Il devrait être livré dans les prochains mois.

Le ministre de la santé Max Limoukou est allé se rendre compte du niveau d’avancement des travaux de construction de la future usine de production locale des médicaments ‘’La Santé pharmaceutique’’ située dans la Zone économique spéciale de Nkok. Construit sur une superficie de plus de 7000 m2, la structure sera composée, entre autres, d’un laboratoire, d’une salle d’analyse et de biochimie

« Le chantier est très avancé. Nous souhaitons que cette usine soit opérationnelle assez rapidement, » affirme le ministre de la Santé, Max Limoukou.

Pour le ministre, l’ambition du Gabon est de développer la production locale des médicaments dans l’optique de réduire la dépendance du Gabon à l’importation et limiter les coûts élevés, les circuits parallèles et les pénuries fréquentes de médicaments.

« L’un des défis majeurs aujourd’hui, c’est la problématique du manque de médicaments dans nos structures sanitaires. Cette usine vient donc à point nommé et va constituer un outil, un levier qui nous permettra de résoudre ce problème. La santé pharmaceutique est donc un partenaire privilégié pour le Gabon », précise-t-il.

Coût

Le directeur général de la future usine, Rajeev Lila a, pour sa part, indiqué que l’usine produira tout d’abord des comprimés, des gélules, des sirops et des pommades, avant de se lancer dans la fabrication des injectables. Et ce, à moindre coût.

Les travaux de construction de l’usine de fabrication de médicaments ont démarré en 2018. La société ‘’La santé pharmaceutique‘’ annonce une production de plus d’un million de comprimés par jour.

Le Gabon active son comité de riposte face à l’épidémie d’Ebola en RDC

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Si aucun cas suspect d’Ébola n’a pas été notifié à ce jour au Gabon, le ministre de la Santé indique qu’il s’agit pour le gouvernement de prendre des dispositions nécessaires pour faire face à une éventuelle épidémie.

L’épidémie à virus Ebola qui sévit actuellement dans la zone de Goma en République démocratique du Congo (RDC) a été déclarée urgence de santé publique de portée internationale par  l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le 17 juillet dernier.

Selon le ministre gabonais de la Santé, Max Limoukou le changement de statut de l’épidémie résulte de la propagation du virus vers Goma, ville frontalière au Rwanda, où vivent près d’un million d’habitants. C’est donc fort de l’expérience acquise au cours des précédentes flambées épidémiques à virus Ébola en 1994, 1995, 1996, 1998 et 2002 et de la préparation à la riposte lors de la grave épidémie en 2014 qui a sévit en Afrique de l’Ouest, que le gouvernement gabonais vient d’annoncer l’activation de son comité de riposte.

« Le Gabon dispose d’une plate-forme nationale pour la réduction des risques de catastrophes au mécanisme d’éveil sanitaire et d’un plan de contingence pour la gestion des urgences de santé publique, » précise le ministre de la Santé.

Les mesures de prévention annoncées par Max Limoukou  intègrent, entre autres,  l’activation du comité opérationnel de riposte des épidémies, le renforcement  de la surveillance aux frontières et dans toutes les formations sanitaires. Mais aussi, le renforcement des capacités des personnels impliqués dans la surveillance et la riposte aux épidémies, la mobilisation des partenaires techniques multisectorielles, la mobilisation des partenaires au développement, notamment l’Organisation mondiale de la santé.  

« À ce jour aucun cas suspect de maladie à virus Ébola n’a été notifié sur l’ensemble du territoire national. Toutefois le gouvernement a pris des dispositions nécessaires pour faire face à une éventuelle épidémie », assure le ministre.  

Depuis 1976, la République démocratique du Congo a connu 8 épidémies à virus Ebola. L’analyse épidémiologique montre que ces différentes épidémies sont de mieux en mieux maitrisées au regard de la baisse du nombre de cas enregistrés au fil du temps. Elle reste cependant  tout aussi dangereuse en raison du taux de mortalité élevé pour le virus Ébola de type zaïre et de la forte contagiosité de la maladie.