Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Mouila : Maurice Mabiala fait son compte-rendu parlementaire à sa base

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

En séjour dans sa circonscription électorale dans le cadre de la période d’intercession parlementaire, le député du 1er siège du conseil municipal de la commune de Mouila dans la Ngounié pour le compte du Rassemblement pour la Patrie et la Modernité (RPM), Serge Maurice Mabiala multiplie les échanges avec sa base afin de leur faire le point de l’activité parlementaire qui vient de s’achever.

 

Dans le cadre du compte-rendu parlementaire que lui exige son statut d’élu, le député du 1er siège du conseil municipal de Mouila, pour le compte du  Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM), la Serge Maurice Mabiala effectue actuellement une tournée dans sa circonscription électorale. Après plusieurs mois de crispation du fait de la crise sanitaire de covid-19, l’échange avec son électorat est convivial. Seule exigence, le respect des mesures de riposte contre la pandémie.  

La rencontre avec les chefs de quartiers et les notables du 1er siège a constitué la première étape de ce périple. Les auxiliaires de commandement en ont profité pour lui réaffirmer leur attachement. Le doyen des chefs de quartiers lui a, à cet effet, revêtu  symboliquement la tenue des signes distinctifs de son statut de parlementaire, « lui conférant ainsi solennellement, avec l’écharpe tricolore, la légitimité populaire et l’investissant des prérogatives de puissances politiques sur le siège. »

Controverses

Le député est revenu sur les missions dévolues, notamment  siéger en conseil à l’assemblée nationale, délibérer et voter des textes en lieu et place du peuple qui l’a mandaté. Sur la crise sanitaire de covid-19, il a salué certaines mesures gouvernementales dans la gestion de la pandémie et encouragé les notables et les chefs de quartiers à appuyer les efforts des autorités en poursuivant la sensibilisation des populations pour le strict respect des gestes barrières et la règle de distanciation sociale.  Il en a profité pour leur remettre des équipements sanitaires de lutte contre la covid-19.

Selon Maurice Mabiala, l’activité parlementaire de la première session à l’assemblée nationale a été  marquée par l’adoption de plusieurs textes de lois, notamment le projet de loi de finances rectificative 2020. Il indique le niveau des autorisations budgétaires arrêté par le parlement, la loi très controversée sur la dépénalisation de l’homosexualité et la suppression des services publics personnalisés.

Climat socio-politique : les inquiétudes du RPM

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le parti d’Alexandre Barro Chambrier s’inquiète particulièrement des conséquences relatives au manque de transparence sur l’état de santé du Chef de l’exécutif.

Deux sujets ont particulièrement ponctué la réunion du conseil exécutif du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM), ce 5 septembre : la situation actuelle du Gabon et  les résultats des élections législatives partielles des 10 et 31 août.

Jugeant la situation politique actuelle du Gabon ‘’surréaliste’’  du fait du mystère entretenu sur l’état de santé du président de la République, Alexandre Barro Chambrier et ses compagnons ont dressé un tableau sombre des conséquences sur l’image du Gabon.

« L’image du pays s’en trouve abîmée, ici et là, à travers le monde, au vu de l’exploitation pathétique, et intolérable d’un point de vue humain qui est faite de l’état d’Ali Bongo Ondimba, donné en spectacle de façon éhontée et machiavélique par la volonté diabolique d’un clan qui entend coûte que coûte conserver le pouvoir ; comme s’il pouvait se substituer à la voix du peuple, la voix de Dieu », déclare le RPM.

Unité

Le parti de l’opposition dite radicale estime d’ailleurs que « le Gabon n’a plus à sa tête un dirigeant capable d’imprimer une direction au pays, de jouer le rôle de  Chef de l’Exécutif, ce qui ouvre la voie à tous les abus et errements constatés», avant de présenter de façon alarmante des résultats peu probants de la gouvernance actuelle. Et d’interpeller et inviter, «  une fois de plus, le peuple gabonais à conjurer les plans sordides actuellement en préparation par le système Bongo-PDG- AJEV et tutti quanti, et de poursuivre sans relâche la lutte pour sa libération totale. »

Pour ce qui est des élections partielles des 10 et 31 août, le conseil exécutif du RPM s’est réjoui de la victoire de Maurice Mabiala dans le 1er arrondissement de la commune de Mouila. Une victoire qui, selon eux, confirme l’aspiration du pays profond à l’alternance et au changement, la preuve de la vitalité de leur parti. Mais surtout les vertus de l’unité et la force d’une opposition unie, mettant cette victoire à l’actif de la CNR, l’UN, l’ADERE, l’UPG et le MORENA.

Partielles 2019 : les stratégies se multiplient

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Alors que la campagne des législatives et partielles 2019 bat son plein, les candidats n’ont plus que quatre jours pour convaincre les électeurs. Et pour espérer remporter le maximum de suffrages chacun adopte une stratégie qui lui est propre. 

Plus que quatre jours et les électeurs des dix sièges en lice passeront aux urnes pour choisir leurs futurs représentants à l’Assemblée nationale, au conseil municipal ou départemental. Loin des calculs théoriques, les candidats font face depuis l’ouverture de la campagne le 1er août dernier à la réalité du terrain.

Qu’ils soient de la majorité ou de l’opposition, les acteurs politiques ne manquent pas de stratégies. Comme pour les duels d’octobre 2018, les scénarios sont quasiment les mêmes. Appels à la mobilisation des troupes, alliances, causeries, actions de bienfaisances sont autant de mouvements qui rythment une campagne électorale.

Et comme il fallait s’y attendre, le Parti démocratique gabonais (PDG) est la seule formation politique représentée sur tous les sièges à pourvoir. Déjà majoritaire à l’Assemblée nationale, le parti au pouvoir entend bien conforter sa suprématie sur le territoire national.

C’est le cas dans le 1er siège de la Noya à Cocobeach dans la province de l’Estuaire où le candidat PDG, Fidèle Angoué Mba a choisi de surfer sur le fait que son principal challenger,  Michel Menga M’Essone du Rassemblement héritage et modernité (RHM) soit membre du gouvernement. « Il combat le PDG à Cocobeach, mais siège dans un gouvernement PDG et sollicite des emplois pour ses partisans à la mairie de Libreville, pourtant détenue par ce même PDG, » argue-t-il.  

D’autres bénéficient de soutiens à travers des alliances, à l’exemple du candidat du Rassemblement  pour la patrie (RPM) pour les législatives dans la commune de Mouila, Maurice Mabiala. Le parti d’Alexandre Barro Chambrier est soutenu par l’Alliance pour la démocratie et la République (ADERE). Il est face au candidat du PDG, Léon Zouba

Prolongations

Sur ce siège, considéré par de nombreux observateurs de la vie politique comme le plus rude pour le pouvoir dans les partielles, ils se susurrent que le PDG devrait bénéficier du soutien du parti de l’opposition, Les Démocrates.  Une alliance contre-nature qui se serait constituée  au lendemain de la proclamation des résultats du premier tour.

C’est donc des challengers déterminés qui se sont lancés dans la bataille électorale. Mais, quelles que soient la stratégie mise en avant, c’est aux électeurs que reviendra le dernier mot le 10 août prochain. Ils pourraient décider de mettre un terme aux élections ou de faire les prolongations avec un second tour.