Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Covid-19 : interdiction de la circulation dans le Haut-Ogooué

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Les transports se raréfient à Franceville. La ville se dirige vers un confinement  au grand désarroi des habitants du grand Franceville.

Le secrétaire générale de la province du Haut-Ogooué, Nicole Nouhando, à travers un communiqué publié le 13 mai dernier et devenu effectif jeudi dernier, interdit la circulation interurbaine dans toute la province. La décision qui rentre dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus, semble, par ailleurs, entraîner progressivement, les populations, vers un confinement général de Franceville, chef-lieu du Haut-Ogooué.

Nicole Nouhando, rappelle aux usagers de la route que seuls les taxis de ville sont autorisés de circuler, en tenant compte d’un nombre limité de passagers. La circulation interurbaine reste interdite, sauf autorisation spéciale.

Résidence

Classée comme la deuxième province la plus touchée du pays, avec près de 300 cas testés positifs, le Haut-Ogooué voit sa capitale coupée du reste des villes. Car, si pour l’instant, seul trois villes sont concernées par le Covid-19 – Franceville, Moanda et Mounana – la décision démontre que les autorités veulent éviter la propagation du virus dans les autres villes de la province.  

Le dispositif  qui fait penser à un confinement du grand Franceville, surprend plus d’un, notamment les transporteurs qui voient leurs activités arrêtée du jour au lendemain, sans mesures d’accompagnement.

Aussi, depuis deux jours toutes les gares routières sont fermées. Les transports ralliant les villes de Moanda, Léconi, Bongoville, Ngouoni, Okondja et autres sont totalement à l’arrêt. Causant ainsi, quelques attroupements d’usagers, incapables de regagner leur lieu de résidence.

Le marché de Potos

‘’Nous avons été surpris un bon matin de voir l’inspecteur des transports venir afficher une note nous donnant l’ordre d’arrêter le transport. C’est vrai que nous sommes conscients de la maladie, mais c’est une vraie perte pour nous. Comment allons-nous faire ? Nous vivons de notre activité au quotidien. Nous demander d’arrêter aussi brusquement, c’est terrible. Nous sommes très inquiets’’, indique Harouna, conducteur.

Une décision également difficile pour les populations qui se retrouvent coupé de Franceville, où tout est concentré. ‘’C’est un calvaire pour nous depuis deux jours. Certaines villes sont dépendantes de Franceville et ne sont pas dotées de certains services. Ça va être vraiment compliqué pour nous par exemple pour les opérations bancaires, pour se ravitailler en aliments, car il faut le dire le marché de Potos à Franceville est le plus grand de la province’’, déplore Jean, résident à Léconi.

Un ingénieur Sud-Africain poignardé à Okondja

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Pour avoir voulu porté secours à une femme victime de braquage, un ingénieur d’une société minière a été mortellement poignardé.

Anthony Dereck Clovis, de nationalité sud-africaine, salarié de la société minière Gabon Mining (NGM)  à Okondja, dans la province du Haut-Ogooué est décédé la semaine dernière, après avoir été mortellement poignardé par un braqueur. Selon les précisions  rapportées par  le quotidien l’Union, les faits se sont déroulés au quartier Mpoungou, vers 3 h du matin.

Quelques heures avant le drame, la victime avait décidé d’effectuer une virée avec un de ses collègues accompagné de son amie. Après le départ de ses amis, l’ingénieur est resté dans le bar. Il aurait, par la suite, accepté de raccompagner la gérante après la fermeture, par mesure de sécurité. C’est au cours de leur marche qu’ils ont été attaqués par un individu.

 « Le jeune homme voulait braquer la fille qui était avec le Blanc, mais celui-ci s’est interposé. Et c’est là qu’il l’a poignardé avant d’arracher le sac, il y avait 2000 f cfa et un téléphone. Après avoir fait son coup, il a jeté le sac dans un ravin près de sa maison. L’arme du crime a d’ailleurs été retrouvée dans sa chambre» confie Éric O, un habitant d’Okondja.

Manganèse

Les collègues d’Anthony gardent de lui le souvenir d’un homme sans histoire, taquin et aimant. « Il n’avait pas de petite amie ni de copine dans la ville », précise l’un d’eux.  Dans le cadre de ses activités professionnelles, Anthony Dereck Clovis sous traitait avec la partie Assouan NGM. A son actif, la mise en place de la ligne de production de manganèse de NGM à Okondja. Sa dépouille a été conduite à Libreville avant le transfert vers l’Afrique du Sud.

Son meurtrier, Darel Okori,  est connu des services judiciaires de la localité. Il n’est pas à son premier coup. En attendant les conclusions de l’enquête, il est détenu à la prison de Yene.