Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

La CNR contre les démons du tribalisme

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Dans une déclaration, la CNR s’insurge contre certaines voix « tentées par les thèses et les démons du tribalisme ». Elle invite les citoyens à faire preuve de vigilance pour éloigner le pays du piège de la discorde.

Ennemi commun au-delà des frontières depuis de nombreux mois, la pandémie du covid-19 ne semble pas être le seul élément à craindre au Gabon actuellement. En effet, depuis plusieurs jours, un nouveau débat tend à prendre de l’ampleur avec pour principal objectif ternir le tissu social déjà peu reluisant depuis ces dernières années, en l’occurrence ‘’le tribalisme’’.

Si plusieurs voix de la société civile se sont aussitôt levées sur les réseaux-sociaux pour condamner cette pratique d’un autre âge, Jean Ping et les siens viennent également de hausser le ton afin d’exprimer leur « ferme volonté de ne pas laisser prospérer les germes du repli ethnique. »

« Dans ce climat particulièrement sombre, le peuple gabonais a plus besoin de se sentir protégé et rassemblé que d’être écrasé et divisé. Cet objectif n’est pas à la portée du régime qui mesure cruellement, l’ampleur de son rejet par nos concitoyens », lance la Coalition pour la nouvelle République.

Pour les opposants radicaux, le constat est amer. « La CNR observe avec une vive préoccupation, que certaines voix, entendues ces derniers jours, sont tentées par les thèses et les démons du tribalisme. Certains veulent entraîner le pays vers d’autres chemins, rejoignant ainsi les rangs des partisans de la terre brûlée qui sont à l’œuvre, depuis qu’ils ont été rejetés par le peuple gabonais aux présidentielles de août 2016 », déclare la CNR.

Guerre civile

Fidèle à sa posture la CNR estime que la responsabilité de cette situation incombe principalement au pouvoir en place. « La reconnaissance de la souveraineté du peuple gabonais, c’est-à-dire le libre choix de ses dirigeants, demeure la principale préoccupation. Les Gabonais sont suffisamment meurtris. Le Gabon est particulièrement éprouvé. Partez, mais ne brûlez pas le Gabon. Aucun Gabonais ne vous le pardonnera », clame-t-elle.

La Coalition pour la nouvelle République

A l’endroit des citoyens, la CNR prône la vigilance et la  résistance afin d’éloigner la Gabon du piège de la discorde. Et face aux partisans de la division, elle réaffirme haut et fort son rôle de repère, de référence et de gardien inlassable de la préservation du Gabon entre toutes les velléités et ruses conduisant à la guerre civile.

Le PLC souffle sa première bougie

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le parti de l’opposition radicale Pour le changement (PLC) a fêté son premier anniversaire. Une rencontre festive entre cadres du parti et militants qui s’est voulue également un temps de réflexion.

« Un an déjà de combat pour l’alternance politique.» C’est sous ce signe que les co-présidents Elza Ritchuelle Boukandou, Nicolas Nguema et le secrétaire exécutif, Anges Kevin Nzigou ont commémoré le premier anniversaire du parti Pour le changement (PLC) les 26 et 27 juillet dernier.

« Un an, un an déjà. C’est peu, mais c’est beaucoup en même temps vu comment nous avons pu nous affirmer dans l’arène politique, » déclare Elza Ritchuelle Boukandou. La co-présidente du PLC a par ailleurs affirmé que le PLC est déterminé à assainir le paysage politique gabonais.

En marge de l’aspect festif ponctué par un grand meeting populaire en présence de quelques présidents et cadres des partis amis dont Alexandre Barro Chambrier du RPM, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi et Cyd Obiang de l’Union Nationale, les militants ont eu droit à une journée de réflexion. Quatre thématiques ont permis d’alimenter le débat :‘’ civisme et patriotisme ; fonction des partis politiques et encadrement des élus ; l’engagement et responsabilité, quelle génération pour notre avenir ?  Et  rajeunir la scène politique. 

Entrée

Le secrétaire exécutif du parti a par ailleurs saisi l’occasion pour dresser le bilan de la première année d’activités. Anges Kevin Nzigou s’est félicité des scores obtenus par Nicolas Nguema et Elza Ritchuelle Boukandou aux dernières législatives. « Je sais que nous n’avons pas gagné les élections, mais je tiens à inscrire cette participation dans la case des réussites parce que nous sortions à peine d’un combat pour nos valeurs. »

Le petit poucet de  l’arène politique nationale ne manque pas de perspectives. Le parti de l’opposition radicale entend jouer un rôle de premier plan avec pour leitmotiv défendre les intérêts des plus démunis.  Aussi les dirigeants ont annoncé une tournée nationale dès le prochain trimestre. « Nous irons au plus près  des oubliés, des Gabonais de toutes les conditions sociales, dans nos villages, dans tous ces coins du Gabon méprisés de tous, »  annonce le secrétaire exécutif.

Parti se réclamant de l’opposition dite radicale, le PLC est né de la discorde intervenue au sein de l’Union et Solidarité (US), après l’entrée de Moukagni Iwangou au gouvernement.