CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Disparu depuis le 14 janvier dernier lors d’une partie de pêche avec des amis à Ozouri, dans le département de Bendjé, le corps de M.D reste introuvable. De nombreuses zones d’ombre demeurent malgré le récit de ses compagnons. Que s’est-il réellement passé ?

 

M.D, Gabonais de 26 ans est porté disparu depuis plusieurs semaines. Il se serait noyé dans la zone d’Ozouri, département de Bendjé dans la province de l’Ogooué-Maritime, au cours d’une partie de pêche en pirogue avec des amis, Emane Gabriel 29 ans et Stévy Ndong Angoué 22 ans.

Ils sont gardés à vue depuis quelques temps pour nécessité d’enquête. Les éléments de la compagnie de la brigade nautique se sont rendus sur le lieu du drame le 22 janvier dernier pour une reconstitution. Seul le gilet que portait le défunt a été retrouvé.

Les faits se sont déroulés le 14 janvier 2022. Les trois amis ont coutume de pêcher ensemble sous la coordination d’un autre plus âgé. Ils le considèrent comme leur « chef », parce que plus expérimenté dans le domaine.

Ce jour-là, ils décident d’aller à Ozouri où ils ont un campement pour une partie de pêche le week-end. Ils s’y rendent avec le matériel nécessaire. Mais, le chef d’équipe va remonter sur Port-Gentil pour faire des courses. Derrière lui, ses éléments  rendent une visite de courtoisie au papa du disparu qui habite non loin.

De retour, en l’absence de leur chef, ils s’embarquent en pirogue pour la pêche. Le disparu qui se trouvait au niveau du moteur aurait informé ses partenaires, relatent ces derniers, qu’ils allaient « mouiller le filet là où il y a un chenal entre la profondeur et le banc de sable ». Ce qui les aurait étonné, n’ayant pas l’habitude d’aller le faire à cet endroit réputé dangereux, semble t-il.

Ses amis, assurent avoir dit au disparu que « le courant est trop fort y compris les vagues, du fait que la marée était descendante », mais il n’aurait voulu rien entendre. Jusqu’à ce qu’une vague très forte frappe sur le bord gauche de la pirogue et la renverse.

Les trois protagonistes se retrouvent dans l’eau jusqu’à la taille. Ils retournent la pirogue afin d’y retirer le trémail. Puis, M.D demande à ses amis d’attacher un bidon à la pirogue à l’aide d’une corde. Le bidon servirait de repère pour les secours au cas où la pirogue s’immergeait. Mais ils ne parviennent pas. M.D s’engage lui-même à le faire. Pour cela, il monte dans la pirogue qui, selon ses camarades, « s’éloigne au fur et à mesure vers le large à cause du courant et des vagues ».

Marée haute

Pendant ce temps, Gabriel et Stévy nagent jusqu’à un banc de sable non loin de là. Finalement la pirogue se renverse à nouveau. Etant arrivés sur le banc de sable, « j’ai hurlé en lui demandant de venir à la nage nous retrouver », indique l’un des amis.

Mais le disparu aurait nagé vers un autre banc de sable « immergé » où les autres, semble-t-il, l’apercevaient debout. Son gilet, non sur le torse, mais pendant sur l’un de ses bras. De là-bas, M.D aurait fait un signe de la main qui, à en croire ses partenaires, signifiait qu’il allait regagner la rive à la nage.

De leur côté, les deux compagnons regagnent un autre banc de sable plus proche de la rive à l’aide d’un jerricane. A la demande de Gabriel, Stévy va chercher de l’aide, tandis que lui reste à torcher M.D qu’il aperçoit au loin. Les secours arrivent bien longtemps après. « Il faisait nuit ». Le lieu où se trouve M.D n’est plus visible. Il n’était plus possible non plus de s’y rendre. « La marée était haute ».