Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Ali Bongo encourage les populations à se faire vacciner

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

« Vaccinez-vous ! Vaccinez-vous pour notre protection à tous », dixit Ali Bongo, dans son discours à la nation, ce lundi. Le président de la République s’est voulu rassurant quant à l’efficacité du vaccin. S’il a affirmé que le vaccin ne sera pas obligatoire, il a tout de même rappelé lespersonnes prioritaires : les personnels de santé, les forces de défense et de sécurité, les personnes âgées et les personnes à risque.

Selon les dernières données épidémiologiques, le Gabon compte 17711 personnes testées positives dont 2110 cas actifs, 15 595 guérisons et 106 décès.

Intégralité du discours du président de la République

Gabonaises, Gabonais, Mes chers compatriotes,

Un an presque, jour pour jour, après le déclenchement de la pandémie sur notre territoire, le Gabon a reçu ses premières doses de vaccin contre la Covid-19.

100 000 doses du vaccin produit par le laboratoire chinois Sinopharm nous ont été livrées la semaine dernière.

Bien évidemment, d’autres vaccins tous aussi efficaces, produits par d’autres laboratoires, nous seront également bientôt livrés.

Comme je m’y suis engagé, chaque habitant pourra en bénéficier. Nous entrons dès lors, dans la phase finale de cette guerre contre la covid-19, contre cet ennemi invisible.

Cette phase finale, décisive et déterminante, intervient alors que notre pays, qui est considéré comme l’un des plus efficaces en Afrique dans la riposte face à la Covid-19, fait face à une seconde vague particulièrement violente. Une seconde vague qui tend toutefois à s’atténuer mais qui continue de produire des effets désastreux. C’est pourquoi, je considère que cette situation nous appelle toutes et tous à la plus grande vigilance.

Depuis le début de cette pandémie, 106 de nos compatriotes ont perdu la vie. Je tiens à présenter à leurs familles particulièrement éprouvées mes plus sincères condoléances et toute ma compassion.

Durant la deuxième semaine du mois de mars, nous avons à regret perdu quatre valeureux soignants, un pharmacien et trois médecins. Jamais nous n’avions connu pareille hécatombe dans le milieu médical.

Au moment où je m’adresse à vous, 100 de nos compatriotes sont hospitalisés. Et 31 sont actuellement en réanimation. Je voudrais, en mon nom propre ainsi qu’au nom du peuple gabonais, leur témoigner notre entier soutien et réconfort, et saisir cette occasion pour remercier tous les personnels de santé qui ont fait montre de courage, de dévouement, d’abnégation et d’un professionnalisme hors du commun.

Désormais, dans cette guerre contre la Covid-19, notre pays dispose d’un vaccin.

Sur mes instructions, le gouvernement prépare depuis plusieurs mois une campagne nationale de vaccination qui permettra à toutes celles et tous ceux qui le souhaiteront, où qu’ils se trouvent sur notre territoire, de se faire vacciner. Aujourd’hui, nous sommes fins prêts.

A cet effet, un numéro vert et une plateforme internet ont été mis en place afin de faciliter les inscriptions des volontaires.

Seront vaccinés en priorité les personnels de santé, les forces de défense et de sécurité, les personnes âgées et les personnes à risque.

J’ai donné instruction au Gouvernement de tout mettre en œuvre pour que cette bataille soit accompagnée d’une démarche pédagogique proactive.

Gabonaises, Gabonais,

Je tiens à nouveau à rappeler à tous que le vaccin n’est nullement obligatoire. Toutefois, il est en revanche très fortement recommandé par les autorités sanitaires nationales et internationales.

Partout, et je dis bien partout dans le monde, aux Etats-Unis, en Europe, en Asie, les populations se pressent dans les centres de vaccination pour se faire administrer le vaccin car ils savent, et ils ont bien compris, que c’est la meilleure voie de protection contre ce virus.

Le vaccin, je le répète, est en effet efficace. Très efficace. Toutes les études internationales le démontrent. En effet, à titre d’illustration rien qu’au mois de janvier 2021, grâce à la vaccination, le taux de contamination aux Etats-Unis a chuté de 80%. Comme vous le savez en Israël, pays étant considéré comme le modèle en termes de stratégie de vaccination, la vie a progressivement repris son cours normal.

Je vous demande, mes chers compatriotes, de vous reposer sur ce que nous dit la recherche. Et non sur les rumeurs, les théories complotistes et Fake news sur les réseaux sociaux ou sur internet, relayées par des Cassandre n’ayant aucune connaissance ou aucune qualification.

Écoutez la voix de la raison, de la science, de la médecine. Vaccinez-vous!

Vaccinez-vous pour notre protection à tous.

Pour lutter contre la Covid-19, nous disposons aujourd’hui, avec le vaccin, d’une arme efficace. Mais nous en avons d’autres, toujours aussi probantes : les mesures barrières. Face au virus, ils sont d’une redoutable efficacité.

Je sais compter sur vous tous pour continuer à les respecter et à les faire respecter. Scrupuleusement et quotidiennement sans relâcher votre vigilance.

Gabonaises, Gabonais,

Mes chers compatriotes,

Je sais les souffrances que vous avez endurées courageusement durant cette année de pandémie. Je sais que, pour nombre d’entre vous, les mesures de protection ont parfois été difficiles à supporter dans votre quotidien. Mais le retour des jours meilleurs n’est plus très loin. Nous entrevoyons la lumière au bout du tunnel.

Plus nous nous vaccinerons, mieux nous respecterons les gestes barrières, et plus vite nous pourrons alléger les mesures de protection et retrouver enfin le cours normal de nos vies.

C’est grâce à notre courage et notre détermination collective que nous finirons par l’emporter.

J’ai foi en vous. J’ai confiance en vous et au risque de me répéter, mes chers compatriotes : Vaccinez-vous !

Je vous remercie.

 

 

 

 

 

 

Covid-19 : le rappel à l’ordre des autorités

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Certains commerces non alimentaires ayant rouvert vont devoir à nouveau fermer boutique. C’est Le ministère de l’Intérieur rappelle les contrevenants à l’ordre.

 

Alors que plusieurs personnes expriment leur impatience face au maintien des mesures gouvernementales de riposte contre le Covid-19, le gouvernement semble être loin d’avoir baissé la vigilance. Dans un communiqué, lundi, le ministère de l’Intérieur a rappelé que la lutte contre la propagation de la covid-19 n’est pas terminée.

« A la lumière des expériences vécues par plusieurs pays à travers le monde relativement à la lutte contre la propagation de la pandémie de la Covid-19 et, au regard de la progression inquiétante du nombre de contamination dans notre pays, la sortie de l’état de catastrophe sanitaire dans laquelle nous sommes, requiert une discipline personnelle et collective dans l’observation et l’application stricte des mesures barrières », indique le communiqué.

Il s’agit, notamment pour le gouvernement de mettre fin au relâchement observé depuis l’assouplissement de certaines mesures gouvernementales, notamment dans les espaces publics, les transports, et les commerces, « à l’instar des marchés de la friperie qui ont ouvert sans autorisation aucune. »

Danger

Pour rétablir l’équilibre, le ministère de l’Intérieur a donc rappelé la liste des mesures gouvernementales de riposte, comme l’interdiction stricte de rassemblements de plus de dix personnes ; le port du masque obligatoire dans les lieux publics, les marchés, les commerces et les transports ; la distanciation physique en tout lieu et en toute circonstance ; les frontières, les débits de boisson, les restaurants, les commerces non alimentaires y compris les friperies, les motels, les plages et les lieux de culte demeurent fermés ; l’interdiction des sorties et déplacements non essentiels; de la circulation inter urbaine sur l’ensemble du territoire national sauf autorisation spéciale ; le maintien du couvre-feu de 18h à 6h du matin sur l’ensemble du territoire national.

Des mesures dont le respect n’est pas une option, mais une obligation. Le refus de s’y soumettre  est constitutif du délit de  mise en danger de la vie d’autrui.

Covid-19 : le directeur du CIRMF rassurant sur la situation dans le Haut-Ogooué

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Les contaminations au covid-19 sont quotidiennes et importantes dans le Haut-Ogooué. Les spécialistes ne sont pas alarmistes pour autant.

Depuis près de trois semaines le nombre des personnes testées positives flambe dans le sud-est, faisant ainsi, du Haut-Ogooué le deuxième foyer de l’épidémie dans le pays. Une situation alarmiste qui inquiète.

Pourtant les spécialistes se veulent rassurant. C’est le cas du directeur du Centre interdisciplinaire de recherches médicales de Franceville. Le professeur Jean Bernard Lekana Douki explique que 94% des cas testés positifs n’ont aucun signe de maladie, soit 9 personnes sur 10.

Et parmi ces personnes, il va y avoir plus de 95% qui au bout de 5 à 6 semaines sans traitement vont éliminer le virus. ‘’Soit 9 personnes sur 10 qui ont le virus en elles, qui se baladent tranquillement. Elles n’ont pas le moindre signe de maladie, elles  ne toussent pas. Elles n’ont pas de rhume. Elles ne font pas de fièvre. Elles sont complètement asymptomatiques. A partir de ce moment ces personnes propagent le virus, et du moment où on ne va vers des personnes systématiquement en fait, on peut dire que ses chiffres sont sous-estimés, ’’ explique-t-il. En cas de dépistages massifs, il pourrait y avoir beaucoup plus de cas positifs.

Application et respect

Par ailleurs, le professeur explique que le covid-19 est un problème pour les personnes à risques. ‘’ Si elles sont contaminées, vu qu’il n’y a pas de traitement aujourd’hui, ces personnes sont destinées à la mort. C’est pour ça que nous devons prendre ce problème très au sérieux. C’est vrai, qu’il y a un faible pourcentage de personnes à risques, mais ces personnes-là, si elles sont contaminées, elles décèdent. Il n’y a pas de solution pour elles’’.

Le directeur du CIRMF rappelle l’importance de l’application des mesures barrières et du respect de la distanciation physique afin de protéger les personnes à risques.

Covid-19 : un laboratoire géant au palais des sports

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Un nouveau laboratoire d’analyses va permettre de réaliser jusqu’à près de 10 000 tests par jour. Il sera opérationnel très prochainement.

C’est accompagné de son épouse que le président de la République, Ali Bongo Ondimda a effectué mardi, une visite d’inspection des travaux d’installation du nouveau laboratoire d’analyses médicales. Implanté au sein du palais des sports de Libreville, dans le 3e arrondissement, le nouveau dispositif médical vient en appui aux efforts déjà mis en œuvre dans le cadre de la riposte au covid-19.

Selon le comité de pilotage du plan de riposte contre le covid-19, ce laboratoire de haute technologie classé ‘’type P2’’ va permettre d’améliorer les capacités diagnostic du covid-19 au Gabon. Sa performance est estimée à près de 10 000 dépistages par jour, alors que la possibilité de diagnostic actuelle est évaluée entre 700 et 1000 tests par jour.

Il est composé de trois compartiments. Le premier permet directement d’inactiver le virus, qui devient moins dangereux pour les techniciens. Le deuxième compartiment purifie le virus avec des équipements de haute qualité, de niveau 2, avec un flux d’air bien approprié. Et il y a enfin, un système d’équipement qui permet de détecter directement le virus en très peu de temps. Il va accroître les capacités de diagnostic.

Ciblage

« C’est du matériel de haute qualité qui nous permettra également, dès qu’on aura terminé avec le coronavirus de continuer à faire une meilleure surveillance des maladies à potentiel épidémique », assure Armel Mintsa, le directeur général du laboratoire national.  

Ali Bongo au palais des Sports

Depuis l’alerte sanitaire de la pandémie de covid-19, le Gabon s’est engagé à tout mettre en œuvre  pour limiter la propagation du virus. En l’absence d’un vaccin, selon l’OMS, le dépistage massif fait partie des solutions pour limiter la pandémie de covid-19. Il permet une prise en charge rapide et ciblée.

Le Haut-Ogooué atteint la barre des 200 cas positifs au covid-19

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

10 jours après le premier cas testé positif dans le Haut-Ogooué, la barre des 200 cas a été atteinte dans la province.

Classée comme la deuxième province la plus touchée par le covid-19, le Haut-Ogooué a atteint la barre de 200 cas testés positifs en moins de deux semaines. Les chiffres annoncés par le Dr Guy Patrick Obiang Ndong, porte-parole du comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie, samedi, sont alarmants.

Avec 200 cas testés positifs dont 190 à Franceville, 6 à Moanda et 4 à Mounana la situation  démontre les proportions inquiétantes que prend le coronavirus dans le Haut-Ogooué.

Les chiffres pourraient atteindre la barre des 500 cas positifs d’ici la fin du mois de mai, au regard de la vitesse  à laquelle la maladie s’est propagée, 10 jours seulement après la déclaration du premier cas testé positif.

Quotidien

Par ailleurs, selon certains chercheurs, cette situation serait relative à l’insouciance des populations. La plupart ne croit pas à la pandémie et néglige les mesures préventives : mesures barrières, port du masque, etc. Les Francevillois continuent de se déplacer d’une région à une autre et de vivre leur quotidien comme si de rien n’était.

Au vue de la gravité de la situation, les forces de l’ordre ont été déployées dans Franceville pour veiller au respect des mesures de prévention.

Gestion de la crise sanitaire : les notes de Boniface Assélé

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le président du CLR salue les mesures du président de la République face à la pandémie du covid-19. Il remet, cependant, en cause leur mise en œuvre.

Comme plusieurs acteurs politiques, le président du Centre des libéraux réformateurs est resté silencieux depuis le début de la pandémie de covid-19. Le 11 mai dernier, Jean Boniface Assélé a enfin donné de la voix, au cours d’un point de presse. Il était axé sur l’action du gouvernement face au covid-19, notamment la mise en œuvre des mesures de riposte annoncées par le président de la République.

A la surprise générale, au regard de ses nombreuses sorties spectaculaires contre Ali Bongo Ondimba, M. Assélé, proche de la majorité au pouvoir, a particulièrement remercié le président de la République pour les mesures courageuses prises pour protéger au mieux les Gabonais contre la pandémie.

Par contre, le président du CLR se montre sévère envers les responsables qui mettent en musique les décisions présidentielles. Il pointe du doigt de nombreux dysfonctionnements. Il déplore aussi un certain laxisme. A cela s’ajoute un manque de vérité de la part des gestionnaires de la crise sanitaire. « Au Gabon, nous avons pris de très mauvaises habitudes qui sont devenues une seconde nature. Il faut que ça change. Car, pour aider le président de la République, il faut être franc et honnête avec lui », a-t-il fait remarquer.

Déclarations

En clair, Jean Boniface Assélé qualifie les décisions prises par Ali Bongo Ondimba de « franches, salutaires et volontaires ». Elles traduisent la détermination du président de la République à ne ménager aucun effort. Pour le reste, les autorités doivent revoir leur copie.  

La sortie de ‘’Tonton Associé’’ et la bonne note attribuée à Ali Bongo Ondimba, démontrent- à suffisance qu’il a décidé de mettre un peu d’eau dans son vin ? Les prochaines déclarations de l’oncle du chef de l’Etat seront édifiantes.

Julien Ngoghe Bekale : « notre stratégie est évolutive, flexible et adaptable »

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Retour au confinement partiel dans pour une durée de 15 jours. Une décision qui, selon le gouvernement, découle des recommandations d’experts.

Pour le Gabon la lutte contre la pandémie de covid-19 n’est pas une option, mais une exigence. Pour cela, les autorités sont à pied d’œuvre depuis des mois. Comme plusieurs nations, il s’agit de sortir vainqueur de la crise sanitaire. Sur cette lancée, le Gabon ne compte pas évoluer en vase clos.

Pour le premier ministre Julien Nkoghe Bekale, la stratégie de riposte nationale est évolutive, flexible et adaptable en fonction de la connaissance que les autorités ont de la maladie et des expériences des autres pays.  « A ce jour, les autorités sanitaires internationales n’ont pas officialisé un plan de diagnostic et de traitement permettant de mettre fin à cette pandémie. Chaque pays adopte des stratégies de riposte adaptées à ses réalités socio – économiques », a-t-il déclaré.

Aussi, après deux semaines de confinement total du grand Libreville, le Gabon a entamé le 28 avril, une nouvelle phase, avec cette fois-ci, sur recommandation des experts nationaux et internationaux, une phase de confinement partiel et géographique des communes de Libreville, Owendo, Akanda et Ntoum  et de la Pointe-Denis pour une durée de 15 jours.

Cette nouvelle étape est assortie de modalités de mise en œuvre bien définies, notamment l’interdiction de circuler entre le Grand Libreville et l’intérieur du pays ; le réaménagement des horaires de travail de 7h30 à 14h00 ; l’obligation d’installer un dispositif de contrôle sanitaire à l’entrée des administrations et des entreprises, l’ouverture des marchés jusqu’à 14h et des grandes surfaces jusqu’à 16H.

Dépistage

Par ailleurs, les  petites activités telles que les salons de coiffure, les garages, les métiers de l’artisanat et d’autres services à la personne vont rouvrir, alors que les bars, les restaurants les hôtels et les motels devront rester fermés, tout comme les établissements scolaires et universitaires.

« Selon les études scientifiques menées à ce jour à travers le monde, cette pandémie du Covid – 19 est appelée à durer. Nous devons apprendre à vivre avec elle et à nous comporter en conséquence. La discipline individuelle et collective, l’esprit de sacrifice de chacun d’entre nous sont nécessaires pour la survie de tous », a indiqué le premier ministre.

Il  a par ailleurs assuré qu’avec ce nouveau dispositif, associé au dépistage massif, au plan de contingence sanitaire révisé et soutenu par les partenaires ainsi que la réorganisation du système de prise en charge des patients, le gouvernement espère contenir la pandémie et à terme inverser la courbe de contamination.

Les mesures d’accompagnement annoncées par le président de la République pour permettre aux populations de supporter les conséquences sociales et économiques restent d’actualité. Il s’agit, notamment de la prise en charge des factures d’eau et d’électricité pour les personnes les plus fragiles et économiquement faibles ;  la suspension durant le temps de confinement des paiements de loyers des personnes sans revenus ; la prise en charge par l’Etat des pertes de petits propriétaires liées à la suspension du paiement des loyers ; la gratuité des transports publics terrestres assurés par les compagnies publiques ;  l’aide alimentaire….

Covid-19 : les recommandations de l’ordre des médecins

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Une délégation de l’ordre des médecins a recommandé au premier ministre, d’améliorer les conditions de gestion des malades. Leurs recommandations interviennent au moment où la prise en charge des patients est sujette à caution.

La rencontre entre le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale et le groupe de travail composé des médecins, pharmaciens et syndicats du secteur de la santé intervient à un moment critique de la gestion de la crise de coronavirus au Gabon, alors que des révélations tous azimuts font état des mauvaises conditions de traitement des personnes infectées par le virus dans les structures hospitalières. Pour l’ordre de médecin, des réajustements sont nécessaires.

« Nous avons posé un constat et fait des recommandations  qui sont consignées dans un document qui résume tout ce que nous avons fait comme réflexion. Ces recommandations devraient surtout permettre au Gouvernement de mieux gérer la pandémie de Covid-19 », confie Emmanuel Ogandaga, président du Conseil national de l’ordre des médecins et modérateur du groupe de travail des ordres de santé.

Protocole

Les recommandations visent une gestion optimale de la crise sanitaire de coronavirus et la gestion des malades non Covid-19. « Les gens ont du mal à partir de chez eux. Ils ont du mal également à avoir des médicaments parce qu’il faut faire des longues distances.  Si bien que ces malades risquent de mourir dans les quartiers, parce qu’on se focalise uniquement sur les malades Covid-19 et on fait la part belle à cette pandémie », ajoute le Dr. Emmanuel Ogandaga. Il  appelle à un redéploiement de la stratégie de prise en charge des malades toutes catégories confondues au sein des structures hospitalières.

Ainsi, le renforcement des laboratoires fonctionnels, la fiabilité des tests grâce à des protocoles adaptés, la mise en place du matériel de protection pour le personnel de santé, la gestion des malades non Covid-19 et la mobilité des personnels de santé durant la période de crise sont autant de recommandations formulées par la délégation au chef du gouvernement. Leur faisabilité sera étudiée par le comité de pilotage du plan de veille de riposte contre le Covid-19.