CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

L’hôpital régional de Makokou manque d’eau potable depuis plusieurs semaines. Une situation pénible dont souffrent les malades. Elle porte un coup au bon fonctionnement des services hospitaliers.

 

Construit sur la rive gauche du fleuve Ivindo, dans le cadre d’un partenariat public-privé, entre le Gabon et l’entreprise autrichienne VAMED, l’hôpital baptisé Omar Bongo Ondimba de Makokou semble ne plus répondre aux  attentes d’un hôpital de référence.

Au-delà des difficultés liées au fonctionnement des plateaux techniques, de l’insuffisance du personnel et des carences liées à la prise en charge des patients, au manque de médicaments et autres consommables, l’hôpital de Makokou connaît depuis quelques semaines une mauvaise passe.

La structure dans son ensemble est privée d’eau. D’après un technicien de la SEEG locale, << le problème est lié à la défectuosité du sur-presseur (appareil chargé d’augmenter la pression de l’eau pour une bonne alimentation des zones en hauteur). Ce problème qui dure depuis plusieurs semaines met à mal le bon fonctionnement de l’hôpital. >>

Des questions en suspens

Dans l’immédiat, le bus de transport du personnel est mis à contribution pour transporter dans des bidons l’eau puisée à la fontaine publique du quartier Emvoungha, dans le deuxième arrondissement. << Nous ne comprenons pas comment l’eau peut manquer à l’hôpital durant des semaines. Et rien n’est fait >>, se désole une infirmière.

Chaque patient doit apporter son eau

Les services de chirurgie, de maternité et des urgences appelés à manipuler le sang humain fonctionnent sans eau. << Désormais chaque malade admis à l’hôpital doit faire apporter par un parent toute l’eau nécessaire à ses soins, sa toilette et même l’usage des WC. C’est du jamais vu >>, nous a confié Marie-France, sœur d’une jeune maman.

Le manque d’eau impacte tout ;  de l’hygiène en milieu hospitalier, à l’alimentation des patients internés.

Du côté de l’administration de l’hôpital, en l’absence du directeur général, aucun responsable n’a souhaité répondre à nos questions.