Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Quand la zone franche séduit Weah

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Outre l’entretien avec Ali Bongo Ondimba, le séjour du président libérien a été marqué par une forte activité économique. Il s’est rendu à la zone économique spéciale de Nkok et au port d’Owendo.

Comme plusieurs chefs d’Etat africains avant lui, George Weah du Liberia vient d’effectuer une visite d’amitié et de travail au Gabon. Arrivé en terre gabonaise, le 11 octobre, le Libérien y a passé un séjour de 72 h ponctué par plusieurs activités.

Weah souhaite créer une zone économique spéciale dans son pays en vue d’optimiser la croissance économique.  « Nous voulons attirer les investisseurs afin qu’ils viennent dans la plus vieille république africaine », a-t-il indiqué.

Pour se faire une idée du modèle économique d’une zone franche, la délégation libérienne a effectué une visite à la zone économique à régime privilégié de Nkok. Elle s’est également rendue au nouveau port d’Owendo.

Par ailleurs, George Weah s’est tout d’abord entretenu avec son homologue gabonais, Ali Bongo Ondimba. Le tête-à-tête a permis de faire un tour d’horizon des relations multiformes entre les deux pays. Une coopération bilatérale qu’ils souhaitent renforcer pour une dynamique sud/sud.

Marques

« Je suis content qu’on ait pu aborder plusieurs sujets qui rentrent dans le cadre de l’affermissement de nos relations. Nous souhaitons que des hommes d’affaires gabonais viennent échanger avec des hommes d’affaires libériens, parce qu’actuellement il y a plus d’Européens », déclare le président libérien.

Les questions de développement économique, de sécurité et de paix ont également meublé les échanges. George Weah s’est réjoui des avancées engrangées dans son pays ces dernières années. Après près de 14 ans d’instabilité le Liberia retrouve peu à peu ses marques. Un retour à la stabilité qui a comme principale retombée, le développement économique.

Premier débarquement d’un chalutier de thons au Gabon

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le Gabon a accueilli mercredi son premier  débarquement de thons,  péchés dans ses eaux. Ils seront transformés et vendus dans tout le pays.

 

Événement historique pour le Gabon qui après un demi-siècle de pêche de thons, lance officiellement l’opération de transbordement et de débarquement de cette variété de poissons.

C’est le ministre de l’Agriculture,  de la Pêche et de l’Alimentation,  Biendi Maganga Moussavou qui a réceptionné cette première cargaison de thons,  débarquée au port d’Owendo.

L’évènement majeur  marque non seulement le début d’une nouvelle ère, mais lance également le développement de l’industrie thonière au Gabon. 

« Le transbordement et le débarquement à 100 % de nos ressources halieutiques permettra de couvrir une grande partie du marché local à moindre coût. »

 « Cette opération impactera plusieurs secteurs économiques, notamment par la création de nouveaux métiers tournant autour des services portuaires spécifiques au débarquement des produits de la pêche, à la transformation et à la commercialisation des produits sur l’ensemble du pays, »  a indiqué Biendi Maganga Moussavou.

Panier

Selon le ministre,  le kilogramme du thon de mer sera vendu localement à moindre coût, à savoir à moins de 1000 Fcfa / kg. L’objectif étant de lutter contre la vie chère.

Aussi,  souligne-t-il,  aucune variété de thon péché au large des côtes gabonaises ne sera plus vendue à  l’extérieur sans être  transformée sur place.

Cette nouvelle posture témoigne de l’ambition du gouvernement à mettre en avant des produits 100 % made in Gabon.

Le développement du Gabon bleu par l’entremise de  l’industrie thonière naissante sera créateur d’emplois. Il permettra aussi  la baisse des coûts du panier de la ménagère.

Ali Bongo reprend du service

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Après quelques jours de silence médiatique, Ali Bongo a reçu, à tour de rôle deux membres du gouvernement. Les échanges entre le chef de l’Etat et les ministres ont porté essentiellement sur l’état des lieux de leur département respectif.

Le président de la République, Ali Bongo Ondimba a reçu en audience, jeudi, le ministre de la Forêt, Lee White et son collègue des Sports et de la Jeunesse, Franck Nguema. Ce premier tête à tête entre les membres du gouvernement et le chef de l’Etat se tient près d’un mois après la formation du nouveau gouvernement Julien Nkoghe Bekale.

Les deux hommes ont saisi l’occasion pour faire, au président, le point de leurs activités.

Avec le nouveau ministre de la Forêt, l’accent a été mis sur les suites de l’enquête sur le scandale du kevazingo. « Le président a voulu savoir qu’est-ce qu’on a fait pour mettre de l’ordre dans l’affaire du kevazingo. J’ai pu lui expliquer qu’au niveau du port d’Owendo, on avait recommencé les exportations de bois. Au niveau du kevazingo, je travaille avec le procureur de la République pour mettre tout au clair, » a confié Lee White.

Par ailleurs, M. White s’est réjoui de l’accueil des techniciens de son département ministériel, avec lequel il compte redynamiser le ministère de la Forêt. « Les deux premières semaines de travail se sont bien passées. J’ai également fait un petit voyage à Abou Dabi pour la préparation d’un grand sommet sur les changements climatiques en septembre, au niveau des Nations-Unies, » a-t-il poursuivi.

Football

Un exercice auquel s’est également plié le ministre de la Culture, des Sports, chargé de la Jeunesse et de la Vie associative, Franck Nguema. Ces dernières semaines, son agenda a été particulièrement marqué par des échanges avec les fédérations sportives et la course des 10 km de Port-Gentil.

Dans un communiqué, la communication présidentielle précise que le « football a fait l’objet d’une présentation au chef de l’Etat. » Un sujet d’actualité en cette période de CAN en Egypte à laquelle le pays ne prend pas part. Le président Bongo a aussi rappelé sa volonté de voir aboutir les réformes en faveur de la jeunesse.