CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

A l’issue d’une rencontre qui s’est tenue le 17 mai dernier au Centre Hospitalier Régional de Ntchéngué, le bureau provincial du syndicat des médecins fonctionnaires du gabon (SYMEFOGA) a décidé de déposer un préavis de grève de 10 jours sur la table de sa direction générale.  Au terme de celui-ci, un mouvement de grève sera déclenché si leurs revendications ne trouvent pas satisfaction.

Deux points étaient inscrits à l’ordre du jour de l’assemblée générale du bureau Ogooué-Maritime du syndicat des médecins fonctionnaires du Gabon qui s‘est tenue récemment l’hôpital de Ntchéngué, et à l’issue de laquelle, le SYMEFOGA a décidé à l’unanimité de déposer un préavis de grève de 10 jours, jusqu’au 27 mai inclus.

Le premier point de revendication concerne la CNAMGS. En effet, à la lumière du procès-verbal de circonstance, les médecins déplorent « la non perception de la prime CNAMGS de juillet 2020 à nos jours. Soit, 10 mois d’impayés, sinon 12 au terme du mois de mai ». Une situation que le SYMEFOGA dit ne pas comprendre d’autant que « les vérifications faites révèlent qu’à ce jour, la CNAMGS ne devrait aucun centime aux structures sanitaires publiques de notre pays. Notre ardoise s’élève à plus de 60 millions de francs envolés dans la nature. Alors où est passé notre argent et qui s’amuserait avec », s’interrogent excédés les hommes en blouse blanche.

Le second point de revendication porte sur les autres primes. Notamment, les primes de gardes, les primes d’astreintes, les primes de fonction et les Tous venants.

A ce qui semble, le SYMEFOGA sollicité par la direction générale qui avait pour ambition à l’époque de remonter la pente de l’hôpital avait accordé à sa hiérarchie la réduction de sa prime de garde pour une durée de 6 mois. Seulement, peut-on lire dans le procès-verbal, « triste fut de constater que la direction générale depuis plus d’un an s’est mise à amputer maintenant le montant de toutes les primes allant même jusqu’à réduire de moitié la prime d’astreinte aux médecins sans aucune explication ».

A en croire le SYMEFOGA, le paiement de ces primes jadis mensuel serait devenu du jour au lendemain bimensuel. Le plus étonnant, indique le PV, est que la direction générale aurait inventé « le label de forfait » qui n’existerait nulle part ailleurs. Ainsi, poursuit le procès-verbal, « chaque deux mois on nous annonce le paiement d’un forfait de deux mois de primes qui correspond en réalité au montant d’un mois de primes. Donc sur 12 mois de primes, la direction générale ne déverse que 6 mois aux praticiens ».

A côté de cela, les primes de Tous venants ne correspondraient jamais au montant mensuel attendu par les médecins. Autant d’irrégularités qui ont fini par faire sortir les syndicalistes excédés de leur silence.

Aussi, si tous ces points de revendications ne trouvent pas satisfaction au soir du 27 mai prochain, a averti le SYMEFOGA, « toutes les prestations CNAMGS au sein du CHR-POG seront suspendues. Suivi d’un arrêt de travail 1 jour sur 2 la première semaine, puis de 2 jours sur 4 la semaine suivante jusqu’à arrêt complet de nos prestations en ce qui concerne le point sur les autres primes ».

De son côté, la direction générale n’a pas souhaité répondre à nos questions.