CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Face à la vie chère, le ministre de l’Economie et des Finances, propose de diversifier la chaîne de production agricole. La mesure servirait à réduire les importations de produits étrangers.

Si le taux d’inflation au Gabon est relativement stable, la facture globale d’importation alimentaire de l’ordre 300 milliards de francs CFA, il y a quelques années, enregistre depuis 2018, une hausse de l’ordre de 524 milliards de francs CFA. Elle représente désormais 824 milliards de francs CFA.

Une dépense étonnante quand on sait que les « potentialités d’investissements de notre économie sont vastes, porteuses de croissance et de richesse, notamment dans les domaines de l’industrie du bois, de l’énergie ou encore de l’agriculture où, notre objectif reste de réduire la facture globale d’importations, car nous continuons d’importer pour près de 1,5 milliards de dollars de denrées alimentaires chaque année ».

Pour contourner cette colossale dépense, le ministre de l’Economie et des Finances, Jean-Marie Ogandaga pense à la diversification de la production agricole nationale. « Nous devons diversifier notre production agricole. Nous ne pouvons pas continuer de consommer de la viande provenant d’Europe, d’Amérique ou d’Asie alors que des pays d’Afrique centrale peuvent nous fournir de la viande à moindre coût », a-t-il déclaré dans une interview accordée à Economie Gabon+.

Baguette magique

Depuis quelques mois, la stratégie adoptée par l’administration de la Pêche via Sotrader, une entreprise de droit gabonais qui encourage la production agricole locale, dans le domaine de la vente de thon montre la voie à suivre.« Si nous multiplions ce type d’initiatives, le coût du panier de la ménagère baissera », poursuit le ministre. Mais pour cela, prévient-t-il « il faut produire davantage ».

Cette production passe par un engagement des composantes de la nation gabonaise. Car, ce n’est pas par un coup de baguette magique que le coût du panier de la ménagère sera allégé, mais par un effort national sur le moyen et long terme.