CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Les retraités rejettent les mesures d’accompagnement proposées par la directrice générale de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) pour pallier aux difficultés consécutives au retour au paiement trimestriel des pensions. Edouard Nguema, président du Syndicat national des Retraités – SYNARET – s’explique.

 

Pourquoi refusez-vous les mesures d’accompagnement proposées par la directrice générale de la CNSS, pour pallier aux difficultés relatives aux paiements trimestriels des pensions de retraite ?

La solution proposée par Nicole Assélé est une blague. Nous la refusons. Nous avons des cartes visas. Nous demandons à Nicole Assélé de virer nos pensions comme elle le faisait  déjà dans nos banques. Jusque-là, nous n’avons pas de précision sur les partenaires de cette mesure.

La direction générale de la CNSS explique que les difficultés actuelles sont dues au retard de paiement de certaines entreprises. Qu’en pensez-vous ?

C’est sa mauvaise gouvernance. La CNSS a plus de 2000 agents. Quel travail font-ils ? Peut-elle nous expliquer son plan de restructuration de la CNSS ? Nous ne le connaissons pas. Madame Nicole Assélé est venue avec tout un cabinet. Qu’elle essaie de revoir tout ça. Le véritable problème de la CNSS, c’est la gouvernance. On confond l’argent de la CNSS avec son propre argent. La CNSS n’a pas de problème, à partir du moment qu’il y a encore dans ce pays,  des entreprises comme Total, Shell, Colas qui payent leurs cotisations.

Conférence de presse du SYNARET

Vous sollicitez l’arbitrage du gouvernement. Qu’en attendez-vous concrètement ?

Nous voulons le départ de la directrice générale. Je soupçonne d’ailleurs le gouvernement de ne pas vouloir verser de l’argent parce qu’ils savent que cet argent sera mal utilisé. C’est le véritable problème. Elle (Nicole Assélé, NDLR) s’amuse avec l’argent. La CNSS n’a pas de problèmes. La directrice générale a quinze ou vingt millions de salaire. Est-ce que c’est normal ? Quelles études a-t-elle fait pour mériter un tel salaire ?

Quel est votre solution pour sortir de cette crise ?

Nous sommes prêts à travailler avec le prochain directeur général. La CNSS a besoin d’un réel manager. Pas quelqu’un qui vient pour se remplir les poches.  Il y a un décret du président de la République qui limite les salaires des directeurs généraux des entreprises para-publics à 5 millions. Il faut que Nicole Assélé accepte de prendre ces 5 millions et qu’elle diminue les effectifs.

Elle est en train de faire croire aux gens que son problème, c’est nous. Nous ne sommes pas un problème pour la CNSS. Nous voulons que cette boite se redynamise. A la CNSS aujourd’hui, lorsque vous avez une pension de 100 000 F Cfa, jusqu’à votre mort, vous n’aurez que 100 000 F Cfa. Alors que la loi dit qu’on peut indexer les pensions par rapport au coût de la vie. Nos pensions doivent être revalorisées. 

Propos recueillis par Gisèle Ndaot