Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download

Le tourisme en berne à Port-Gentil

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Près de 5 mois depuis le début de la pandémie, les professionnels du tourisme à Port-Gentil tentent tant bien que mal de résister aux effets du coronavirus. L’allègement partiel des mesures gouvernementales dans le secteur ne suffit manifestement pas à ramener la sérénité. Les affaires tournent au ralenti.

 

Le tourisme est l’un des secteurs dont l’activité est fortement impactée par la pandémie du coronavirus à Port-Gentil. Déjà les récentes fermetures des frontières, puis des restaurants, hôtels, bars, snack bars, et autres, en vue de freiner la propagation de la Covid-19 n’avaient pas été faciles à vivre pour les opérateurs du domaine. Ils ont encore du mal à s’en remettre malgré l’ouverture partielle d’une catégorie de leurs établissements.

Les employés pour la plupart sont privés de revenus depuis plusieurs mois. « Nous n’avons plus assez de clients comme d’habitude en pareil période, depuis que le coronavirus est arrivé. Nous avons à peine quelques chambres occupées. De nombreux collègues ont même perdu leur emploi », confie le réceptionniste d’une structure hôtelière.

Des propos corroborés par un ancien responsable de la direction générale du tourisme : « ce n’est pas le grand boom avec la pandémie en ce moment. Contrairement aux années antérieures ou en pareil période, les différents sites touristiques de la ville de sable et l’Ogooué-Maritime font l’objet d’une grande attraction ».

Pêche et pirogues

On observe toutefois, pour parler de tourisme local, que les résidents s’emploient à des activités touristiques, poursuit notre source. « Nos plages, Sogara, Cap Lopez et le Dahu réunissent pas mal de monde les week-ends. Il y a également des échoppes qui ont des terrasses qui sont ouvertes, notamment le club Sogara, l’Abri côtier, le Littoral… C’est quand-même des terrasses qui reçoivent beaucoup de personnes ».

D’autres font le choix d’aller profiter de la nature dans les villages environnants, à défaut de se rendre à Ozouri, un campement de bungalows situé à 60 minutes de Port-Gentil, où on peut faire la pêche à la traine, se balader en pirogue, se restaurer.

Plus loin, vers Omboué, dans le département d’Etimboué à trois heures du chef-lieu de la province, il y a des sites de randonnées pédestres. Iguela et Wonga Wongué. Là-bas, le tourisme balnéaire y est privilégié. On y observe le paysage, mais aussi des animaux, tels que des buffles, des éléphants de forêts, des potamochères, des gorilles de plaine… Avec en prime, la plongée sous-marine ou encore la pêche à la traine, à la canne, etc…

Route

Mais, avec la crise sanitaire, « y a presque plus rien ici », s’alarme un opérateur économique installé à Omboué. « On a été trop impacté. Surtout avec la route qui n’était pas ouverte. Il fallait avoir une autorisation pour circuler et ce n’était certainement pas le cas pour les personnes qui auraient souhaité venir faire du tourisme par ici ».

Il est cependant quelque peu difficile d’aborder actuellement de façon exhaustive, la question du tourisme à Port-Gentil, du fait de l’absence depuis quelques temps d’un délégué provincial. Mais l’Ogooué-Maritime a encore de belles perspectives en matière de tourisme, en témoigne la route Port-Gentil/Omboué. Elle contribuera à coup sûr à la croissance du secteur dans cette partie du pays. Cette ambition des autorités pourrait être freinée par  la non finition d’une partie de la route stade Michel Essonghé/Mandorové, longue d’un peu plus de 4 km.

Haut-Ogooué: le Léconi Palace cédé à un promoteur privé

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le nouveau gestionnaire privé s’engage à investir 10 milliards de Francs CFA sur 18 mois pour réhabiliter et rénover la structure hôtelière.

Le ministre des Transports et du Tourisme, Justin Ndoudangoye et le promoteur privé Kambangoye Issy ont paraphé, le 9 août un mémorandum d’entente pour la cession de l’hôtel Léconi palace. La structure hôtelière située dans la province du Haut-Ogooué faisait face depuis plusieurs années à des difficultés de gestion.

Cette cession est donc une aubaine qui va permettre d’apporter un nouveau souffle à l’édifice indispensable pour la valorisation des atouts touristiques de la province. Il s’agit par ailleurs de la concrétisation de la nouvelle dynamique dans laquelle s’est engagée le gouvernement en matière de tourisme. Il espère parvenir à une meilleure rationalisation des dépenses publiques à travers le partenariat public/privé ; réhabiliter et rénover le parc hôtelier de l’Etat

« Des recommandations et des résolutions des rencontres nationales du tourisme, avec les instructions données par le président de la République, en matière d’orthodoxie ou de bonne gouvernance , nous procédons à la cession de l’hôtel Leconi Palace qui va désormais tomber dans un domaine privé, », explique le ministre Justin Ndoudangoye.

Le contrat de cession prévoit, entre autres, un investissement de 950 milliards dont 10 milliards sur 18 mois pour réhabiliter et rénover Leconi Palace. « (…) une cure de jouvence visant la réhabilitation totale, la modernisation pour que cet hôtel soit désormais un hôtel de référence, un hôtel cinq étoiles. Les atouts touristiques de la province doivent être soutenus par des structures qui sont là, qui sont mieux gérer et avec un personnel formé, » précise le ministre du tourisme.

L’opérateur économique s’est par ailleurs engagé à conserver et à former le personnel existant. De son côté, l’Etat procédera à des études et à des séances de travail avec la direction générale et les délégués du personnel en vue de procéder au paiement des arriérés et autres droits pour marquer la rupture de gestion.